Zemmour et la peine de mort



Le 9 décembre, sur France 2, Léa Salamé rappelle à son invité, Eric Zemmour, qu’il a déclaré quelques semaines plus tôt (le 15 septembre) qu’il est, je cite, “philosophiquement pour la peine de mort”.



La journaliste continue, lui demandant s’il reviendra sur la loi d’abolition de la sanction capitale, dans le cas où il serait élu président de la république. Madame Salamé fait preuve de beaucoup de légèreté en maniant un tel sujet car je ne peux imaginer qu’elle soit ignorante de l’impossibilité du rétablissement. Et l’on ne joue pas avec l’audience sur de telles thématiques. C’est dangereux pour nous tou-tes.
Mais poursuivons.

Zemmour s’emberlificote : “On ne peut pas tout faire dans un mandat de 5 ans, donc je n’abrogerai pas l’abrogation de la peine de mort”.
Flagrant délit de mensonge et de manipulation.
Zemmour fait CROIRE que ce sont des questions de priorité qui se posent à lui => “Je suis pour la peine de mort, mais j’ai d’autres choses à faire, plus urgentes que rétablir”. Il énonce que le quinquennat est trop court, et c’est ce fait qui l’empêche, qui ne lui offre pas les conditions du rétablissement du châtiment suprême. Or, cela n’a strictement rien à voir et il le sait. Les raisons pour lesquelles, “s’il était élu”, Eric Zemmour ne rétablirait pas la peine de mort en France, sont liées à des conditions d’inconstitutionnalité.

Récapitulons :
– L’abolition de la sanction capitale est une loi qui a pris effet le 9 octobre 1981.
– Cette loi a été constitutionnalisée en 2007 par le vote du Congrès convoqué par le Président Chirac et réuni à Versailles. Une propédeutique à ce bouleversement avait été amorcée dès 1994 par une jurisprudence du Conseil constitutionnel jugeant à cette date que la sauvegarde de la personne humaine est un principe à valeur constitutionnelle.
– Cet amendement à la Constitution de 1958 était nécessaire afin de nous mettre en conformité avec les principes et textes européens ratifiés par la France :
– Depuis 1989, l’abolition de la peine de mort est une condition préalable à l’adhésion au Conseil de l’Europe. En outre, aucune exécution capitale n’a eu lieu sur le territoire des États membres du Conseil de l’Europe depuis 1997.
– En 1997, l’abolition de la peine de mort en tant que condition d’adhésion à l’Union européenne est mentionnée pour la première fois. Le 4 décembre, le Parlement européen adopte une résolution dans laquelle il affirme : “Seul un pays ayant aboli la peine de mort peut devenir membre de l’Union européenne.”
– Depuis 2001, tout pays ayant signé la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne se trouve lié à une obligation d’abolition, et de non marche arrière pour un retour au rétentionnisme. L’Union européenne est aujourd’hui un espace géographique où la peine de mort est supprimée, ce qui fait de cet ensemble, un lieu unique au monde.
– Les Protocoles à la CEDH n° 6 et 13 : ” En avril 1980, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe appela les États membres à abolir la peine de mort pour les crimes commis en temps de paix et recommanda que le Comité des Ministres amende l’article 2 de la CEDH en ce sens. Ainsi, le Protocole 6, premier instrument juridiquement contraignant interdisant la peine de mort en temps de paix, fut adopté en décembre 1982 et ratifié par quasiment tous les États membres. L’adoption du Protocole 6 a joué un rôle moteur dans le mouvement abolitionniste.” Gérard Cohen-Jonathan et William Schabas (dir.), La Peine capitale et le droit international des droits de l’homme, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2003. Lorsque, le 1er mars 1985, suite aux premières ratifications, le protocole entre en vigueur, l’abolition de la peine de mort entre dans le champ du patrimoine juridique commun de l’Europe. Dorénavant la peine capitale est abolie et personne ne peut être ni condamné à une telle peine, ni être exécuté : cela devient de fait et de droit, un des droits fondamentaux de l’individu. 


Ainsi, les verrous juridiques sont tels, qu’il est impossible de rétablir la sanction capitale dans notre pays, sauf à : sortir de l’UE + sortir du Conseil de l’Europe et de la CEDH + sombrer en dictature.

Zemmour est un fasciste mais il sait que même le Premier ministre hongrois Viktor Orban n’a pas pu aller plus loin que nommer le fait. Il avait déclaré fin avril 2015 que la peine de mort en Hongrie devait être remise à l’ordre du jour. La commission européenne s’est immédiatement indignée et son président Jean-Claude Juncker a répété publiquement que la peine de mort est interdite dans l’UE. Il y aurait alors conflit entre les principes fondamentaux de l’UE et une telle décision politique . Viktor Orban, suite à cette réaction et à celle du Parlement européen, s’est rétracté, et il a dû le faire de manière publique.


Donc Zemmour ment. Ce n’est pas nouveau. Mais c’est un niveau de manipulation terrible car il prend tous les faits pour les mettre au service de son idéologie.

Je n’apporte rien de neuf sur la forme – le mensonge, la trahison des faits, de la vérité – mais sur ce point précis, je sais spécifiquement ce qu’il en est (je laisse les spécialistes s’occuper de leurs champs de compétences propres, notamment les historiens de la période de Vichy, de Pétain, de la Shoah, qui font un énorme travail de pédagogie pour expliquer et détricoter les tromperies du candidat à l’élection présidentielle, sur le sujet), pour rajouter cette goutte qui démontre que chacune des phrases d’Eric Zemmour est une contrevérité, une imposture, et qu’il n’est rien d’autre qu’un charlatan.
Fasciste et avec du poids.

Mais un charlatan, néanmoins.

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - L'Enfer est vide, tous les démons sont ici, Glénat, 2021, (Scénario, Marie Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2-, 2017 à 2019 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014)

More Posts

Follow Me:
FacebookYouTube