Et les Californiens choisirent la peine de mort

Le 6 novembre, en même temps que l’élection, les Américains devaient se prononcer, par voie référendaire, sur un ensemble de sujets.

En Californie, entre autres choses, ils devaient accepter ou refuser la proposition dite 34 : « California proposition 34, the end the death penalty initiative ». Il s’agissait pour le camp abolitionniste d’une proposition d’abrogation du châtiment suprême qui mettait en avant les problèmes économiques liés à la peine de mort. En effet, les procès de condamnés à mort coûtent plus chers notamment du fait des divers appels, les conditions de détention dans le couloir de la mort très codées sont elles aussi plus onéreuses que pour les autres prisonniers. Cette proposition 34 stipulait de plus qu’une peine de remplacement serait effective en cas d’abolition : la détention à perpétuité, sans possibilité de recours. Le plus grand couloir de la mort (725 détenus) des USA deviendrait un mouroir.

 

Il est évident que cette loi n’était pas celle que les abolitionnistes Européens notamment, attendaient avec impatience. Le référendum est passé, les Californiens ont conservé la peine de mort, votant contre cette proposition à 53%.

 

Je suis très ambivalente. D’une part j’éprouve une énorme déception et une crainte réelle.

Si la Californie avait voté l’abolition (alors que la dernière exécution effective date de 2006), cela aurait pu engendrer un élan salutaire à l’ensemble du mouvement abolitionniste américain. Ce grand État démocrate pouvait servir d’exemple, de modèle. Aujourd’hui, seuls 17 des 50 États américains sont abolitionnistes.

 

Or ce modèle justement, de la proposition 34, n’était pas celui à suivre.

Et c’est bien cela qui me fait regarder Outre-Atlantique avec espoir : au sortir des urnes, nombres de Californiens interrogés ont réagi en disant avoir dit « Non » à la Proposition 34, mais ne pas être pour autant rétentionnistes (favorables à la peine de mort).

 

Cette position est très intéressante. Dans les débats sur la question liée à l’abolition de la peine de mort, ceux que je nommerais les « rétentionnistes modérés » (ils sont pour le châtiment suprême mais prêts à réfléchir à la question et à la porter sur la scène publique comme thème de réflexion, et à s’incliner devant la majorité le cas échéant) mettent quasiment toujours en avant ce problème de la peine de substitution. On abolit, d’accord, mais on se doit de remplacer. Tous les textes en font état. Or il semblerait que l’électeur Californien, lui ne souhaite pas de cette peine de substitution, dans tous les cas, pas de celle proposée. Il serait intéressant d’ouvrir le chemin de la réflexion abolitionniste selon cette opinion, surtout quand on amène la question au référendum. Mauvais calcul, peut-être bien trop timoré, de la part des acteurs de la proposition 34, qui ont cependant œuvré et ouvert une brèche.

 

Je rappelle que je ne suis pas du tout spécialiste de la peine de mort aux États-Unis, mon champ de recherches étant celui de l’Europe. Ce billet est celui d’une réflexion et d’une humeur personnelles et non d’un travail universitaire précis et exhaustif.

Pour aller plus loin :
http://www.nodeathpenalty.org/why-did-death-penalty-repeal-fail-california

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2017-2018 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) - Plusieurs participations au Journal de Spirou (Dupuis), avec au dessin Ruben Del Rincon ou Jean-Paul Krassinsky (2015/2016/2017) - Champs d’honneur, Delcourt, (Écriture des cahiers historiques pour l’ensemble de la série/2016) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014) - Diverses publications dans des revues Scientifiques (Criminocorpus, Arkhéia, Parlement[s], etc.) --- Autres publications --- - Gonzine n°7, Graphzine sous la direction de Sarah Fisthole (2018) - Nuit Noire n°1, Fanzine sous la direction d’Anne-Perrine Couët (2018) - 666666, Graphzine sous la direction de Gabriel Delmas (2017) - Notes d’intentions féministes, Blog. - Le Carnet de l’abolition, Blog.

More Posts