Après Bruxelles

Image

Présentation1

 

Ceci est la photo des statistiques de ce blog, pour le mois de mars 2016.

Le constat, c’est la grande régularité des chiffres (identiques sur les autres mois), … Et puis…. Le 22 mars… Les attentats de Bruxelles et une répercussion immédiate en forme d’anomalie.

Les phrases clés associées qui ont permis de trouver mon blog dans la jungle des internets ont été, ce mois-ci :

– Belgique

– Peine de mort en Belgique

– Peine maximale en Belgique.

Ces nombres de « visites » pour les 22/23 et 24 mars m’ont beaucoup troublée, j’ai donc décidé de vérifier pour le 13 novembre 2015 et le 7 janvier 2015.

Le 8 janvier, les stats ont doublé (mais n’ont pas été multipliées par 10) et au mois de novembre, rien, pas la moindre vaguelette.

Je remarque une radicalisation des esprits et des réactions, très vives sur les réseaux sociaux, réactions emmenées par des personnalités politiques qui semblent n’attendre que l’horreur criminelle pour ressortir leur vieille marotte barbare : le retour de la sanction capitale.

Elle est impossible (à moins d’un coup d’État et d’une sortie immédiate de l’Union européenne), je ne le répéterai pas, encore et encore.

Ce que ces statistiques nous disent :

– Les gens cherchent s’il est possible d’exécuter quelqu’un, en 2016, en Belgique (et je confirme que non, ce n’est pas du tout possible),

– Ils doivent tomber sur mon article (brouillon de la question de l’abolition de la peine de mort en Belgique, un des chapitres de ma thèse) expliquant que les Belges sont abolitionnistes de fait depuis trèèèèès longtemps (c’est pas leur truc les actions violentes envers les condamnés, ils évitent depuis le milieu du XIXe siècle),

– Peut-être sont-ils déçus : ce dernier propos peut sembler absolument gratuit et bien peu scientifique. Toutefois, si l’on cherche à savoir si la peine de mort est toujours pratiquée dans un pays, et que ces recherches ont lieu durant les 72h qui suivent un attentat d’une extrême violence, j’ai du mal à croire que cela soit par pur hasard ou amour de la culture. Les coïncidences, certes, mais dans certaines limites,

– Au bout de 3 jours les chiffres se calment (ce qui est assez rassurant),

– Les internautes en quête ne viennent pas plus de la Belgique que d’habitude (cet État se trouve toujours dans les 3 ou 4 premiers pays qui visitent ce blog), mais émanent de France.

Conclusion : Nous avons donc des Français qui cherchent à savoir si l’on peut exécuter un homme en Belgique, (suite à des attentats terroristes), pendant 3 jours, puis qui « passent à autre chose » (une actualité monstrueuse en chassant une autre).

Ce qui m’intéresserait de savoir, maintenant, c’est à quel point la multiplication des actes terroristes augmentent les pulsions morticoles (pro-peine de mort) de la population, si il y a un vrai mouvement de bascule, notamment de la part de personnes qui jusqu’à présent ne se sentaient finalement que peu concernées par la question abolitionniste ou rétentionniste.

Est-ce que le plus grand des dangers du terrorisme ne serait pas cette haine qu’il déploie à long terme, cette radicalisation des esprits qui ne voient plus qu’une seule solution face à l’horreur, face à la peur : l’effacement de l’autre.

Je réécris ici quelques lignes que j’avais postées sur les réseaux sociaux :

« Je me réjouis que Salah Abdeslam ait été arrêté mais tout autant qu’il ait été arrêté vivant afin qu’un procès puisse avoir lieu. Je suis malheureusement tombée sur quelques commentaires (alors que j’évite au maximum), dans lesquels la peine de mort (ou la torture sous toute forme imaginable) est ressortie comme ficelle inéluctable, et j’en profite pour réitérer : jamais je ne pourrai soutenir ou valider ces appels au talion, quelques soient les crimes commis. »

– MGBV –

La thèse, la peine de mort, le blog, les dommages collatéraux.

guillotine-p07Qu’est-ce qu’être « Historien(ne) » ?

Tu te lèves un matin, tu es en troisième année de thèse sans même l’avoir vu venir, et là tu te poses. Et tu te la poses. Cette question.

Ce blog à sa création avait pour vocation d’apporter des informations à caractère historique – donc scientifique – de l’avancée de mes travaux de recherches. Ça tient compagnie. On se sent moins seul(e). L’écriture web donne l’illusion d’être « suivi(e) », soutenu(e). Tout doctorant a un jour eu l’impression de se retrouver sur un radeau entouré de requins au beau milieu de l’océan Pacifique.  

Donc, il (me) fallait poster billets après billets des nouvelles de mon travail, éclairer (oui, l’universitaire « éclaire le monde » de sa connaissance, nous nous y raccrochons tous…) le lecteur sur ce thème incroyable de l’abolition de la peine de mort en Europe. Car oui, nous sommes tous concernés, il s’agit de vie et de mort, de droit, de morale, de conscience, bref, d’une problématique nécessaire : « Heureusement que je m’y penche »…

(Cette dernière phrase est à prendre au 25ème degré, qu’il n’y ait point confusion)

 

Cela a marché. Un certain temps. J’ai pris confiance dans mon travail et ma capacité à chercher puis trouver de l’information. Je l’ai mise en forme, je lui ai donné un sens. Je l’ai partagée. Je suis techniquement devenue historienne.

Au-delà, j’ai par d’autres biais développé mon approche, et écrit pour d’autres supports. Je suis dans le faire, dans l’action, la mécanique et les rouages, tout avance comme il se doit, j’ai 400 pages et quelques d’écrites, d’aucun me diront que « tout va bien ».     

Oui, probablement.

Si tant est que finir Docteur (PH. D que diable !) soit un but.

J’avoue, je m’en fous un peu.

 

L’État du Maryland pourrait s’apprêter à abolir la peine de mort, le Japon a exécuté 3 hommes la semaine dernière, l’Inde a ouvert un débat pour/contre très médiatisé suite à une très sordide affaire de viol. Le Texas n’en finit plus d’exécuter, la Géorgie s’abstient au dernier moment d’envoyer à l’injection létale un déficient mental mais n’a pas le sens du pardon le lendemain en envoyant un autre être humain à cette potence moderne qu’est devenue l’injection. L’Iran écœure le monde avec ses grues où il suspend des hommes collectivement, et l’Arabie Saoudite coupe encore en deux des gens vivants au sabre ou à la hache. La décapitation comme ultime châtiment. La liste n’est pas exhaustive, pensons aux balles chinoises, à la Biélorussie qui se targue de son exception culturelle sur le territoire européen d’être l’unique pays à toujours pratiquer le châtiment suprême.

Est barbare originellement celui qui n’est pas Grec ou Romain. Qui n’étaient pas abolitionnistes pendant l’Antiquité bien que peu morticoles au regard de ce qui pouvait ou peut encore, se produire dans d’autres cités.

Je suis barbare. Par des comportements culturels, moraux, qui doivent être considérés comme outranciers, vils, par certains. Et je veux bien l’admettre.

Les États qui pratiquent aujourd’hui encore la peine de mort sont mes barbares à moi.

 

 

Qu’est-ce qu’être Historien(ne) ? Techniquement, je le sais, le définis, le vis et l’affronte. Ce carnet devient celui de l’introspection, et le dispute au scientifique, parfois.

En effet, être Historien(ne), c’est aussi peut-être débrancher la prise directe sur la source originelle, la mettre en retrait, pour bien se rappeler de la chose essentielle : pour quelle raison je fais ce que je fais aujourd’hui ? Quelle est ma motivation originelle ?

On y gagne probablement en respect de sa propre implication. 

Dessin : Rica
http://charkyyy.free.fr/blog/

Et les Californiens choisirent la peine de mort

Le 6 novembre, en même temps que l’élection, les Américains devaient se prononcer, par voie référendaire, sur un ensemble de sujets.

En Californie, entre autres choses, ils devaient accepter ou refuser la proposition dite 34 : « California proposition 34, the end the death penalty initiative ». Il s’agissait pour le camp abolitionniste d’une proposition d’abrogation du châtiment suprême qui mettait en avant les problèmes économiques liés à la peine de mort. En effet, les procès de condamnés à mort coûtent plus chers notamment du fait des divers appels, les conditions de détention dans le couloir de la mort très codées sont elles aussi plus onéreuses que pour les autres prisonniers. Cette proposition 34 stipulait de plus qu’une peine de remplacement serait effective en cas d’abolition : la détention à perpétuité, sans possibilité de recours. Le plus grand couloir de la mort (725 détenus) des USA deviendrait un mouroir.

 

Il est évident que cette loi n’était pas celle que les abolitionnistes Européens notamment, attendaient avec impatience. Le référendum est passé, les Californiens ont conservé la peine de mort, votant contre cette proposition à 53%.

 

Je suis très ambivalente. D’une part j’éprouve une énorme déception et une crainte réelle.

Si la Californie avait voté l’abolition (alors que la dernière exécution effective date de 2006), cela aurait pu engendrer un élan salutaire à l’ensemble du mouvement abolitionniste américain. Ce grand État démocrate pouvait servir d’exemple, de modèle. Aujourd’hui, seuls 17 des 50 États américains sont abolitionnistes.

 

Or ce modèle justement, de la proposition 34, n’était pas celui à suivre.

Et c’est bien cela qui me fait regarder Outre-Atlantique avec espoir : au sortir des urnes, nombres de Californiens interrogés ont réagi en disant avoir dit « Non » à la Proposition 34, mais ne pas être pour autant rétentionnistes (favorables à la peine de mort).

 

Cette position est très intéressante. Dans les débats sur la question liée à l’abolition de la peine de mort, ceux que je nommerais les « rétentionnistes modérés » (ils sont pour le châtiment suprême mais prêts à réfléchir à la question et à la porter sur la scène publique comme thème de réflexion, et à s’incliner devant la majorité le cas échéant) mettent quasiment toujours en avant ce problème de la peine de substitution. On abolit, d’accord, mais on se doit de remplacer. Tous les textes en font état. Or il semblerait que l’électeur Californien, lui ne souhaite pas de cette peine de substitution, dans tous les cas, pas de celle proposée. Il serait intéressant d’ouvrir le chemin de la réflexion abolitionniste selon cette opinion, surtout quand on amène la question au référendum. Mauvais calcul, peut-être bien trop timoré, de la part des acteurs de la proposition 34, qui ont cependant œuvré et ouvert une brèche.

 

Je rappelle que je ne suis pas du tout spécialiste de la peine de mort aux États-Unis, mon champ de recherches étant celui de l’Europe. Ce billet est celui d’une réflexion et d’une humeur personnelles et non d’un travail universitaire précis et exhaustif.

Pour aller plus loin :
http://www.nodeathpenalty.org/why-did-death-penalty-repeal-fail-california

Facebook, la peine de mort et le bâton de pèlerin.

J’ai un compte Facebook sur lequel je suis ce que l’on peut nommer « très active ». Ce réseau social me sert en quelque sorte de blog. Outre ma vie, mes photos, je poste de nombreux articles ayant trait à la peine de mort et à son abolition. La plupart suivent l’actualité, certains sont plus historiques. Bref, prosélytisme total et assumé. Mon panel d’amis est assez hétérogène, de part mes différentes activités professionnelles, associatives, etc. mais aussi parce que j’ai vécu de très nombreux déménagements au cours de ma scolarité. J’ai donc des amis anciens élèves de ces établissements scolaires fréquentés, région bordelaise, région parisienne, Auvergne, Martinique, etc.
Le prosélytisme que j’exerce sur ma page, j’évite de trop l’exporter chez les autres. Après tout je n’ai pas à imposer mes vues d’esprit en permanence sur une question sensible. Facebook est un lieu virtuel de convivialité, et je crois sincèrement que de « coller » des articles ou des opinions abolitionnistes sur les murs des autres aurait un effet délétère et contraire au but recherché. Je reste donc « chez moi », avec parfois des interventions « ailleurs » quand la conversation s’y prête.
Toutefois,  cette « ligne de conduite » est de temps en temps bousculée.
Il y a deux soirs de cela, je tombe sur un « panneau », de ceux qui fleurissent à tout va, avec des phrases toutes faites, des citations parfois, de plus ou moins bon goût. Celui qui m’a interpellée disait ceci : « Pourquoi tester les produits sur les animaux en laboratoire quand on a des pédophiles en prison ». En temps normal, j’évite toute intervention. Mais je devais être fatiguée, ou ces mots m’ont encore plus agacée que d’autres… je n’ai pas pu m’empêcher, en sachant par avance ce que cela engendrerait. Je ne vous rapporte pas la conversation qui est finalement de l’ordre du « semi-confidentiel », sur le mur non public d’une amie. Cette dernière était par ailleurs absente lors de l’échange de propos, un peu vif, entre ses amies et moi. Elle a à son retour posé une voie médiane, et je l’en remercie.
Se pose la question de ce que l’on peut faire ou pas sur un réseau social. Tous les utilisateurs de Facebook ont vécu l’ambiance délétère qui s’est répandue pendant les élections présidentielles. A coups d’insultes, de phrases mesquines, etc. 
Proclamer haut et fort une opinion, avoir à mon échelle une action – au moins intellectuelle, par l’écriture – dans ce que je nomme un combat (l’abolition universelle de la peine de mort), m’autorise-t-il à aller m’exprimer chez une copine de classe du temps des années collège et à rentrer dans une rhétorique avec des inconnus qui ne m’ont rien demandé ? La question soulevée par ce panneau, la haine de l’autre, son rejet sans possibilité de rédemption (je n’emploie jamais ce terme dans son sens chrétien), le basculement théorique de l’homme à l’animal,  m’a fait d’entrée marquer un « point Godwin ». Mon argumentaire est donc dès l’origine faussé et mauvais. Je ne pouvais que m’attirer les foudres de ceux qui réagissent toujours par l’affect. Je l’ai bien cherché.
Néanmoins, je crois, alors que je ne suis pas fatiguée ce matin, alors que j’ai le recul ne serait-ce que par ce billet,  que si c’était à refaire, je recommencerais. Mais à moi alors de ne pas être non plus dans l’affect, et de démarrer sereinement avec des arguments abolitionnistes factuels. A moi si je veux réussir à convaincre, d’apprendre à être convaincante.
Pour faire le balancier, je voudrais remercier les quelques personnes qui m’ont un jour envoyé un message privé en me disant que ce que je postais, l’ensemble des articles abolitionnistes partagés, les avait faire réfléchir au fait  que « Partout où la peine de mort est pratiquée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare la civilisation règne » (Victor Hugo). 

… et cette nuit la justice texane passa une fois de plus par la case exécution…

Ce n’est pas mon habitude d’écrire sur un sujet d’actualité, dépassant en outre les frontières atlantiques. Ce carnet n’avait d’ailleurs en aucun cas cette vocation. Je ne suis pas journaliste, mais historienne.

Néanmoins aujourd’hui une colère immense m’envahit et je vais déroger à mes propres règles. Cette nuit l’État du Texas a laissé faire, a laissé passer la justice. Mais quelle justice ? Car c’est un homme au QI de 61 – l’équivalent de celui d’un enfant de 7 ans – qui vient d’être exécuté. Et le gouverneur Rick Perry a permis à ce crime – quoi d’autre ? – d’avoir lieu. Or je ne devrais pas juger – et surtout ici – le bien-fondé ou non d’un acte entériné par une loi dans un pays étranger. Je ne devrais être que le regard et le rapporteur objectif d’une réalité. C’est bien cela que l’on apprend aux historiens.

Alors je suis sans doute ce matin une très mauvaise historienne. Car ce qui a eu lieu cette nuit n’est pas pour moi de l’ordre de la justice humaniste, celle que j’étudie, celle dont les Américains de par leurs origines européennes devraient être les récipiendaires. Tous les traités internationaux faisant état de la question de la peine de mort émettent au moins deux restrictions majeures : l’interdiction d’exécuter des mineurs et des handicapés. Voilà, nous y sommes. Les lois fédérales sont d’une grande complexité. La Cour suprême des États-Unis depuis l’arrêt « Atkins versus Virginia » en 2002, interdit l’exécution des attardés mentaux, qui serait une violation du 8ème amendement de la Constitution américaine. En effet, celui-ci interdit « les actes cruels ou inhabituels ». Cependant, il n’est pas donné de définition précise du retard mental, la valeur d’un QI inférieur à 70 semblant toutefois être une référence acceptée par tous.

Mais alors comment un homme au QI reconnu de 61, Marvin Lee Wilson, a-t-il pu être mis légalement à mort cette nuit au Texas ? Parce que la jurisprudence Atkins très floue permet aux rétentionnistes (les partisans de la peine capitale) de s’engouffrer dans cette brèche et de faire fi de toutes considérations humaines. Si l’on décide aujourd’hui qu’un homme doit être exécuté on trouve des subterfuges pour qu’il le soit. Voilà la justice texane.
Ce billet est celui d’une humeur, la colère, et je m’en excuse pour son ton non-scientifique. Mais toute chercheuse que je sois, avant tout je suis un être humain doté de sentiments et d’affect.

P.S : je ne suis en aucun cas spécialiste des questions judiciaires et pénales des États-Unis. Toute personne qui souhaiterait améliorer ces quelques phrases, argumenter sur cette question ou encore donner simplement son point de vue est la bienvenue.

Pourquoi j’écris sur l’abolition de la peine de mort

Souvent on me pose la question :

Pourquoi ce sujet et non un autre ?
Qu’est-ce qui motive ta démarche ?

Qu’as-tu vécu de spécial pour t’intéresser à cette cause en particulier ?

Rien.
Vraiment, rien d’horrible, rien de particulier, la peine de mort je n’y ai jamais été confrontée personnellement dans toute son horreur. 

Cependant, j’ai toujours ressenti la peine de mort comme la pire des barbaries dont les hommes et surtout les Etats peuvent être capables.

Il y a eu certainement des jalons dans ma réflexion. Ma mère mitterrandienne m’emmenait avec elle tracter dans les boîtes aux lettres en 1981 alors que je n’avais que 5 ans.

J’ai enfant envoyé quelques lettres à un prisonnier, car ma tante le faisait et m’avait proposé cette correspondance.

A 12 ou 13 ans j’ai lu « Antigone » d’Anouilh et « Quatre-vingt-treize » de Hugo : deux révélations littéraires mais au-delà philosophiques. L’injustice me fait horreur comme à nous tous mais pour moi elle se cristallise dans ce qui me paraît en être l’aspect concret, le plus absolu : la peine de mort….

Je ne suis pas écrivain, je ne suis pas journaliste, j’essaye donc par le biais de la recherche historique d’amener « l’autre » à réfléchir à cet acte, à ce choix sociétal.

Mon thème de recherche est celui du cadre de l’Union européenne car il est le seul à avoir totalement aboli. Et ce que je veux tenter de démontrer ce sont les mécanismes d’abrogation. Comme exemple.