L’Europe, l’abolition et le prix Nobel de la paix.

Voilà un prix Nobel de la paix qui ne laisse pas indifférent.
En tous sens, j’ai tout lu.
Je fais partie de ceux qui considèrent en toute conscience le bien-fondé de cette attribution.
Je ne reviendrai pas sur “l’Europe, continent de paix depuis près de 70 ans”.

Mon travail, ma réflexion est celle de l’abolition, et voilà bien pourquoi je suis interpellée. Mon sujet de thèse : “La pensée abolitionniste, une des valeurs structurantes de l’Europe communautaire : l’exemple des Six pays fondateurs” explique certainement à lui seul mon intérêt pour la question. Car la paix amène l’abolition. On n’abolit jamais en temps de guerre, ou de risque imminent de guerre. Si l’on se sent menacé par une attaque – réelle ou non – on n’abolit pas. On conserve dans son arsenal juridique et judiciaire la possibilité du couperet (ou autre méthode d’exécution). Au cas où…

C’est donc “l’invention de la paix” par les Pères fondateurs de l’Europe qui a généré sur le continent européen – ou tout du moins dans l’Europe communautaire (par le biais au préalable du Conseil de l’Europe) – ce mouvement abolitionniste à nulle part ailleurs identique. Or tant qu’il n’y aura pas un Prix Nobel de l’abolition…

 

L’Europe est aujourd’hui une véritable communauté de valeurs, nul ne peut dire le contraire, s’il se penche quelques instants sur la question. L’Europe communautaire promeut une politique des Droits de l’Homme , soit prosélyte, mais à tout le moins efficace. C’est la Convention européenne des droits de l’homme et du Conseil de l’Europe (CEDH) qui a initié dès 1950 la protection de l’individu et sa liberté (même si non abolitionniste à cette date, puisqu’il faut attendre 1983 pour que « la peine de mort [soit] abolie [et que] nul ne [soit] condamné à une telle peine ni exécuté » soit entériné, cf. Protocole n°6 :

“Le Protocole n°6 à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales concernant l’abolition de la peine de mort,
(Strasbourg, le 28 avril 1983)
Article 1 – Abolition de la peine de mort
La peine de mort est abolie. Nul ne peut être condamné à une telle peine ni exécuté.
(…)”

Sa conclusion sera la Charte des droits fondamentaux, en 2000. Elle permet à L’UE de devenir « l’espace démocratique où les droits fondamentaux sont le mieux reconnus et le plus complètement garantis  »1 .

L’abolition de la peine de mort est aujourd’hui reconnue comme un des fondements de la civilisation européenne. Elle a une valeur juridique supranationale. Les États européens qui souhaiteraient rétablir la peine de mort, ne le pourraient qu’en dénonçant les traités européens, ce qui relèverait d’une aberration politique et un contresens moral. 

Alors, oui, moi je valide pleinement cette distinction.
Par militantisme, par conviction, parce que la paix et l’abolition, c’est la vie, c’est l’apaisement, c’est l’exemple. Même si rien n’est parfait.  

  1. Jean-Dominique Giuliani, L’Europe, une vraie communauté de valeurs, in Pascal Boniface (S/s la direction de), Quelles valeurs pour l’Union européenne ?, Paris, Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) Presses Universitaires de France (PUF), 2004, p. 51 []

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2017-2018 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) - Plusieurs participations au Journal de Spirou (Dupuis), avec au dessin Ruben Del Rincon ou Jean-Paul Krassinsky (2015/2016/2017) - Champs d’honneur, Delcourt, (Écriture des cahiers historiques pour l’ensemble de la série/2016) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014) - Diverses publications dans des revues Scientifiques (Criminocorpus, Arkhéia, Parlement[s], etc.) --- Autres publications --- - Gonzine n°7, Graphzine sous la direction de Sarah Fisthole (2018) - Nuit Noire n°1, Fanzine sous la direction d’Anne-Perrine Couët (2018) - 666666, Graphzine sous la direction de Gabriel Delmas (2017) - Notes d’intentions féministes, Blog. - Le Carnet de l’abolition, Blog.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.