À propos de l’album de Florent Calvez : « American tragedy : l’histoire de Sacco et Vanzetti ».

Florent Calvez, auteur de bande dessinée, publie un ouvrage dans la collection « Mirages » aux Éditions Delcourt, traitant de l’affaire Sacco et Vanzetti.

J’ai décidé de l’interviewer afin de comprendre ce qui l’a amené à traiter un tel sujet.
Son récit s’articule autour d’un grand-père narrant ses souvenirs liés à l’affaire, lors d’une partie de jeu de dames avec son petit-fils. Le scénario est extrêmement documenté et retranscrit l’affaire Sacco et Vanzetti dans son contexte historique.

Je le remercie chaleureusement pour cet entretien.

Pourquoi le sujet de Sacco et Vanzetti ?

Je m’explique et j’affine : ce qui à l’origine t’interrogeait, c’est leur histoire ou un questionnement plus global sur la peine de mort ?

D’abord, leur histoire. Je suis intéressé par les mouvements anarchistes, et notamment certaines figures historiques. Je me suis dit qu’il y avait dans l’histoire de Sacco et Vanzetti les germes possibles d’une réflexion intéressante… En premier lieu pour moi !  Commencer un livre, c’est se poser des questions et tenter d’y trouver les réponses. Réponses que l’on retrouve ou non dans le résultat final, d’ailleurs ! Et puis, je m’intéresse à la politique, et traiter ce sujet m’obligeait à un travail de documentation conséquent, ce qui a nourri mais aussi élargi le champ de ma curiosité.

Par contre, dans mon esprit, je voulais exprimer dès le départ et sans la moindre ambiguïté, le côté injustifiable de la peine de mort. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai ajouté une lettre au lecteur à la fin du livre de peur que mon message soit trop sibyllin à l’intérieur même du récit…

L’abolition universelle, c’est une cause vis-à-vis de laquelle tu te sens impliqué ?

Convaincu, assurément.

Outre le fait de sortir un livre clairement pour l’abolition de la peine de mort, je n’ai pas de « geste » politique, démontrant mon implication, jusqu’à présent du moins !

Tu as mis trois années entre le début de ton travail sur cet ouvrage et la fin l’album : ce temps a-t-il fait évoluer ta perspective du sens que tu souhaitais donner à ce livre ?

J’ai tergiversé sur la culpabilité réelle ou supposée de Sacco. La masse d’informations et d’avis contradictoires ont fait valser mon opinion. Pour autant, le sens profond est conforme à mes ambitions de départ. Et puis, dans ce que je voulais démontrer, la culpabilité est à mon sens quasi-accessoire.

Un questionnement nouveau est arrivé aussi par le truchement de la naissance de ma fille. La notion de sacrifice, notamment « le sacrifice pour la cause » est devenue sacrément tangible à mes yeux de jeune papa ! Ça a joué sur la conclusion du livre…

Après, la forme du récit a évolué. Le contexte historique n’est vraiment pas connu… Aussi, je me suis rendu compte qu’il me serait difficile de passer outre un côté didactique dans le récit. Je me suis dit que ce n’était pas négatif en soi, et qu’après tout, mon grand-père me racontait son époque de manière très didactique, et j’adorais ça, alors…

Considères-tu cet ouvrage comme un acte politique et citoyen ?

Et comment ! Je considère même que c’est un acte militant ! Pas au sens enrégimenté du terme, bien sûr, mais dans le souhait de convaincre les lecteurs indécis. Ceux-là, je suppose, seront minoritaires… Mais, je pense plutôt qu’il faut affermir la position abolitionniste des personnes qui sur le principe sont contre la peine de mort, mais qui ont tendance à envisager des exceptions. Comme pour les tueurs d’enfants. Et par les temps qui courent, il est des choses qu’il me semble urgent de rappeler qu’elles sont non-négociables !

Est-il particulièrement difficile d’être auteur complet sur ce type d’album ?
Je pense à la question du recul, nécessaire à tout artiste, à tout auteur.

Oui et non.

Ce type d’album, tel que je le conçois est aussi l’affichage de sensibilité et d’opinion très personnelles. Même en partageant de nombreux points de vue avec un co-auteur, on arrive fatalement un moment à un « compromis », qui peut faire sens, mais ici, c’est complétement personnel, et j’en suis heureux.

À côté de ça, il est difficile d’abattre cette masse de travail seul. D’autant plus quand on est comme moi, parfaitement autodidacte. Pour avoir vu mes amis scénaristes à l’œuvre, et notamment ceux qui ont suivi des études en Histoire, on sent tout de suite qu’ils ont une méthodologie, qu’ils trouvent plus facilement ce dont ils ont besoin, et probablement qu’ils retirent plus d’un document que je n’en suis capable. Ils ne doivent pas non plus se sentir noyer par les informations. Ce qui pose effectivement la question du recul sur ce que l’on est en train de faire, et c’est assez terrible au quotidien. Aujourd’hui encore, j’espère ne pas avoir fait mentir des faits ou avoir mal saisi des informations…

Es-tu passé par des phases de colère, de peine : travailler trois années (même si ce n’est pas en continu) sur un tel sujet peut-il prendre trop de place parfois ?

J’ai commencé par les scènes les plus dures en partant du principe qu’il fallait les dessiner « dures » mais visibles. En me disant que plus j’avancerais dans le récit, plus j’aurais du mal à les réaliser. Je pense que j’ai eu raison. Quand on passe autant de temps sur un album, on relit, on regarde les pages souvent, dans la continuité pour tenter de débusquer un défaut dans le déroulé. Et force est de constater que revoir ces pages-là m’était désagréable. D’ailleurs, quand il lui arrivait de feuilleter, mon épouse sautait ces pages-là… Plus globalement, et malgré la documentation qui rend les choses plus factuelles, j’ai passé plusieurs mois à soupirer « que cette histoire est triste » !

La colère passe. L’indignation reste.

Une exécution est un choc. La peine de mort, c’est une plaie qui ne cicatrise jamais. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.