Un personnage à part entière, la Guillotine, une des images majeures de représentation de la Révolution française.

Photo : Hulton Archive/Getty ImagesLa Révolution française transforme le spectacle du supplice. Le gibet est en vigueur jusqu’en 1790. Monsieur de Favras est le dernier des pendus français.

« On ne saurait imaginer un instrument de mort qui concilie mieux ce qu’on doit à l’humanité et ce qu’exige la loi, du moins tant que la peine capitale ne sera pas abolie », Louis-Marie Prudhomme[1].

Dans les cahiers de doléances en vue des États généraux, les Français demandent de façon récurrente, que : « la peine de mort soit réservée aux crimes les plus graves et que son application ne donne lieu à aucune  cruauté inutile ». En outre, il est requis que la peine devienne la même pour tous et que la décapitation ne soit plus réservée aux nobles uniquement. En effet : « en France, jusqu’à la Révolution la décapitation est un privilège de classe[2]. » Les événements révolutionnaires sont donc ceux des prémices du règne de la guillotine : elle devient pour notre Nation le mode d’exécution des crimes de droit commun, pour tout un chacun[3]. « C’est un constat cruel : loin de mettre un terme à l’histoire de la peine capitale, en parachevant l’évolution favorable qui caractérisait depuis plusieurs décennies le droit pénal européen, la Révolution n’a fait qu’en ouvrir un nouveau chapitre[4]. » L’idée créatrice de la guillotine vient du principe de l’égalité : tous doivent être exécutés de façon identique, sans distinction, quel que soit l’extraction sociale, l’âge ou le sexe du condamné. La guillotine est la matérialisation, dans le domaine de la justice, des idées nouvelles et révolutionnaires. Elle instaure de facto une égalité de droits, elle est perçue comme « une fille des Lumières »… Ce sont les Docteurs Louis et Guillotin[5] qui l’ont imaginée et fabriquée. Cet instrument signe aussi le passage de l’artisanat à la machine : « Instrument permettant une décapitation mécanique, la machine a très vite paru barbare parce qu’elle associait deux caractéristiques très éloignées, exclusives presque l’une de l’autre : une froide modernité technique et la violence sauvage d’une mutilation physique[6]. » Plus tard, d’autres procédés d’exécution naissent à leur tour d’une conjoncture politique liée aux sciences sociales, médicales et technologiques (chaise électrique, chambres à gaz, injection létale, etc.).

« C’est donc dans le souci de pousser en avant des principes d’équité, d’humanisme[7] et de progrès, que la machine à décapiter qui allait bouleverser l’esthétisme de la mort fut évoquée à l’Assemblée[8]. » Il faut à Joseph Ignace Guillotin plusieurs interventions avant que son projet ne soit entériné, sous couvert de l’égalité des peines pour tous. C’est ainsi qu’après adoption du nouveau Code pénal du 25 septembre 1791[9] (Article 3 : Tout condamné aura la tête tranchée) un décret du  20 mars 1792[10] (« Décollation par guillotine »), signé du Docteur Louis Secrétaire perpétuel de l’Académie de chirurgie, définit très précisément quel est dorénavant le mode de suppression unique pour tout citoyen français, sans distinction aucune, « de manière qu’il soit uniforme dans tout le royaume[11] ». Le Docteur Guillotin s’inspire des machines à décapiter (« à couper les cous ») déjà usitées en Écosse et diffusée pour l’ensemble des condamnés qu’ils soient nobles ou non à partir de 1564 dans cet État (maiden, qui veut dire « jeune fille » et qui sera repris en France par « la veuve »), en Italie[12] – à Bologne ou à Naples (en 1260[13]) notamment – (manaia), en Angleterre[14] (Halifax gibet), en Hollande (des sources écrites rapportent au moins un cas dans la ville de Dendermonde en 1233[15]), dans l’évêché de Liège en 1407[16], dans plusieurs États allemands (diele)[17] mais aussi en France sous le nom de « doloire[18] ». Pour exemple, le 10 décembre 1486, à Naples, Joanne Antonio Petrucci est guillotiné publiquement, tout comme Léonardo da Bianco (accusé d’avoir trahi les Aragon de Naples, au profit du roi de France, Charles VIII). Il en reste une chronique illustrée qui ne laisse pas de doute quant au mode opératoire : estrade surélevée (l’échafaud), la lame, la corde. On y voit un public noble qui laisse présager que ce type d’exécution est réservé aux personnes de haut rang (tout comme la décapitation en général, à cette époque)[19]. Toutefois, dès la geste arthurienne, on trouve dans les récits des indications d’existence d’un tel mécanisme : « Une gente dame y montre au chevalier Gauvain un mécanisme infaillible, une lame d’acier, tenue par une chaîne d’argent, qui, une fois tombée, coupait net la tête[20] ». De même la machine est figurée en peinture : Antonello de Messine ou Mantegna, Lucas Cranach et son Saint Matthieu guillotiné, Durer ou le graveur de Nuremberg Georg Pencz guillotinant le fils du général romain Titus Manlius pour désobéissance, ou encore la décapitation de Thomas More en 1535.

Sous la Révolution, la première exécution par guillotine est celle de Nicolas Jacques Pelletier, le 25 avril 1792[21]. Il a été dénombré, selon les sources, de 1792 à 1795 : entre 13 800 et 18 613[22] guillotinés (il est tenu compte des exécutions sans jugement). Sur ce nombre, 2794 le furent à Paris, sous la Terreur. À ces chiffres il convient d’ajouter 25 000 décapitations par simple décision administrative. Cela correspond à un total, pour la seule période révolutionnaire, de 38 000 à 43 000 guillotinés[23]. De façon plus précise encore, il y eut 1373 têtes tranchées entre le 10 juin et le 27 juillet 1794, période dite de « la Grande Terreur », soit les 40 jours de  dictature de Robespierre[24]. Il s’agit de l’apogée de l’application légale de la peine de mort en France. De machine « humanitaire », la guillotine devient ainsi une machine gouvernementale qui définit sous la Terreur les principes d’un gouvernement révolutionnaire qui vise à fonder la République et à instaurer la Liberté : elle se fonde dans un registre politique et laïc, par opposition aux anciens modes d’exécutions pratiqués en France avant la Révolution française. Elle est l’instrument qui a décapité le roi le 21 janvier 1793, symbole d’une vengeance publique, terrible machine qui exécute la justice du peuple.

Jusqu’à l’abolition de la peine de mort en France en 1981[25], la guillotine n’a jamais été nommée dans le Code pénal. Elle n’a toujours été désignée que par une formule : « manière indiquée et mode adopté par la consultation du secrétaire perpétuel de l’Académie de Chirurgie. »


[1] Cité par Jacques Delarue, dans Le Métier de bourreau, Paris, Fayard, 1979, p. 169

[2] Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Robert Laffont, Coll. Pluriel, 1981, p. 139.

[3] Toutefois, les militaires et autre gens d’armes sont fusillés.

[4] Jean-Marie Carbasse, La Peine de mort, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2004, p. 73.

[5] Joseph Ignace Guillotin (1738-1814), Docteur à Paris en 1770, député du tiers état et 1789. Son idée est de moderniser un instrument déjà connu. Il ne participe en rien à sa fabrication dont le véritable concepteur est le Docteur Antoine Louis (1723-1792).

[6] Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987, p. 10.

[7] « Humanité d’abord à l’égard de la victime dont elle est censée annuler la douleur en la ramenant, selon l’expression de Michel Foucault, à une sorte de ” degré zéro du supplice “. Humanité également à l’égard des spectateurs, dans la mesure où la machine ne les fait plus participer à l’horreur des supplices anciens […] Humanité surtout, si l’on peut dire, à l’égard du bourreau. »

(Source : Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987, p. 22.)

[8] Martin Monestier, Peines de mort, histoire et techniques des exécutions capitales des origines à nos jours, Paris, Le Cherche midi, « documents », 2004, p. 211.

[9] Complété par un additif le 6 octobre de cette même année.

[10] Du 25 septembre 1791 au 20 mars 1792 le gouvernement s’abstint de toute exécution capitale ne sachant quelle méthode employer. C’est pourquoi le 20 mars 1792 l’Assemblée décrète l’urgence : « Décret d’urgence. L’Assemblée nationale, considérant que l’incertitude sur le mode d’exécution de l’article 3 du titre 1er  du Code pénal suspend la punition de plusieurs criminels qui sont condamnés à mort […] »

(Source : Soubiran, Ce bon docteur Guillotin et sa simple mécanique, Paris, Perrin, 1962, p. 179.)

[11] Robert Badinter, L’Abolition de la peine de mort, Paris, Dalloz, 2007, p. 65.

[12] « C’est avec la mannaia qu’on coupe la tête […] L’instrument est un châssis de 4 à 5 pieds de hauteur, d’environ 15 pouces de largeur. Il est composé de deux montants d’environ 3 pouces en carré, avec des rainures en dedans pour donner passage à une traverse en coulisse. Les deux montants sont joints l’un à l’autre par trois traverses à tenons et à mortaises, une à chaque extrémité, et une environ à 15 pouces au-dessus de celle qui ferme le châssis. C’est sur cette traverse que le patient à genoux pose son cou. Au-dessus de cette traverse est la traverse mobile en coulisse qui se meut dans les rainures des montants. Sa partie inférieure est garnie d’un large couperet de 9 à 10 pouces de longueur et de 6 pouces de largeur, bien tranchant et bien aiguisé. La partie supérieure est chargée d’un poids de plomb de 60 à 80 livres fortement attaché à la traverse. On lève cette traverse meurtrière jusqu’à 1 pouce ou 2 près de la traverse d’en haut à laquelle on l’attache avec une petite corde. Lorsque le barigel fait signe à l’exécuteur, il ne fait que couper cette petite corde et la coulisse tombant à plomb sur le cou du patient le lui coupe tout net et sans danger de manquer son coup. »

Cette description édifiante est celle du dominicain Labat dans son Voyage en Espagne et en Italie, publié à Paris en 1730. Nous retrouvons le même genre de descriptif dans le Voyageur Français (écrit de 1765 à 1795), tome XIX,  de l’abbé Joseph de La Porte, à propos d’une machine écossaise cette fois-ci.

[13] Freddy Joris, Mourir sur l’échafaud : sensibilité collective face à la mort et perception des exécutions capitales du Bas Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, Liège, Éditions du Céfal, 2005, p. 18.

[14] C’est à cette dernière machine que le Docteur Louis fait référence dans le décret définitif du 20 mars 1792 : « C’est le parti qu’on a pris en Angleterre. Le corps du criminel est couché sur le ventre entre deux poteaux barrés par le haut par une travers, d’où l’on fait tomber sur le col la hache convexe au moyen d’une déclique. »

[15] Freddy Joris, Mourir sur l’échafaud : sensibilité collective face à la mort et perception des exécutions capitales du Bas Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, Liège, Éditions du Céfal, 2005, p. 18.

[16] Ibid.

[17] Jacques Delarue, Le Métier de bourreau, Paris, Fayard, 1979, p. 151.

Mais aussi Freddy Joris, Mourir sur l’échafaud : sensibilité collective face à la mort et perception des exécutions capitales du Bas Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, Liège, Éditions du Céfal, 2005, p. 18 (l’auteur cite des exemples de décapitations par cette technique dans la ville de Nuremberg  au xive siècle).

[18] Freddy Joris, Mourir sur l’échafaud : sensibilité collective face à la mort et perception des exécutions capitales du Bas Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, Liège, Éditions du Céfal, 2005, p. 19.

[19] Nous nous basons ici sur la dépêche d’AFP 301124 de décembre 1986, écrite par Viviane Dutaud.

[20] Sophie Hériché-Pradeau (traduit par), La vengeance de Radiguel, Paris, Honoré Champion, 2010.

[21] « Le criminel qui doit aujourd’hui éprouver le premier l’effet de cette machine nouvelle est Nicolas Jacques Pelletier, déjà repris de justice, déclaré par jugement rendu en dernier ressort le 24 janvier dernier au troisième tribunal criminel provisoire, dûment atteint et convaincu d’avoir de complicité avec un inconnu, le 14 octobre 1791, vers minuit, attaqué, dans la rue Bourbon-Villeneuve, un particulier auquel ils ont donné plusieurs coups de bâton, de lui avoir volé un portefeuille dans lequel était la somme de 800 livres en assignats. Pour réparation, le tribunal l’a condamné à être conduit place de Grève revêtu d’une chemise rouge, et à y avoir la tête tranchée, conformément aux dispositions du Code pénal. »

(Source : Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987, p. 37.)

[22] Donald Greer,  The incidence of Terror during the French revolution, 1935 et Albert Soboul, Précis d’Histoire de la Révolution française, Paris, Éditions sociales, 1962.

[23] Pour information complémentaire : il y aurait eu en France, entre 1792 et 1977 (date de la dernière décapitation l’égale) entre 45 000 et 49 000 exécutions capitales. Cela veut donc dire que  près de 85 pour-cent des condamnations à mort ont eu lieu en 4 ans.

(Source : Martin Monestier, Peines de mort, histoire et techniques des exécutions capitales des origines à nos jours, Paris, Le Cherche midi, « documents », 2004, p. 210.)

[24] « Les révolutions produisent de ces épouvantables semeurs », dans Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, « L’Éxécution de Louis XVI (Choses vues) », textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], p. 52.

[25] La République française possédait trois guillotines lors de l’abrogation de la sanction capitale : deux à la prison de la Santé (une pour les exécutions parisiennes, l’autre destinée à être utilisée en province) et une en outre-mer.

 

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2017-2018 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) - Plusieurs participations au Journal de Spirou (Dupuis), avec au dessin Ruben Del Rincon ou Jean-Paul Krassinsky (2015/2016/2017) - Champs d’honneur, Delcourt, (Écriture des cahiers historiques pour l’ensemble de la série/2016) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014) - Diverses publications dans des revues Scientifiques (Criminocorpus, Arkhéia, Parlement[s], etc.) --- Autres publications --- - Gonzine n°7, Graphzine sous la direction de Sarah Fisthole (2018) - Nuit Noire n°1, Fanzine sous la direction d’Anne-Perrine Couët (2018) - 666666, Graphzine sous la direction de Gabriel Delmas (2017) - Notes d’intentions féministes, Blog. - Le Carnet de l’abolition, Blog.

More Posts


1 réflexion sur « Un personnage à part entière, la Guillotine, une des images majeures de représentation de la Révolution française. »

  1. C’est inimaginable que dans un passé récent de France se passaient cette façon barbare de mettre fin à la vie d’une personne. on n’est pas vraiment bien placé pour donner de leçons aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.