VGE et les trois exécutions

Le 11 avril 1974 lors d’une conférence de presse, et alors que depuis 1945 de nombreux pays ont aboli – notamment treize États de l’espace géographique européen – Valéry Giscard d’Estaing déclare :

« J’éprouve une aversion profonde pour la peine de mort. »

Valéry Giscard d’Estaing remporte les élections présidentielles anticipées (suite au décès prématuré de Georges Pompidou) des 5 et 19 mai 1974 avec 425 000 votes d’avance sur son adversaire, François Mitterrand. C’est à la fois la victoire la plus ténue d’une élection présidentielle sous la Ve République et celle où la participation de 87,33% est la plus forte de toute l’histoire du suffrage universel en France.

 
Lors d’une conférence de presse le 22 avril 1976, VGE réitère :

« Pour ce qui est de la peine de mort, je souhaite que la communauté nationale française, et donc son législateur, se saisissent, le moment venu, de ce problème. »

Mais pour le Président, quand ce moment opportun allait-il arriver ? On peut s’interroger à la lecture de cet autre extrait, issu de son ouvrage Démocratie française, publié en 1976 aux éditions Fayard :

« Je n’ai pas à faire état d’une conviction personnelle ; ma fonction m’assujettit au respect des lois. Mais que l’on évite à cet égard toute confusion : le droit de grâce n’est pas celui de juger, ni même celui de fixer une peine. Ce sont des tribunaux et des cours d’assises, peuplés de citoyens, qui exercent ces droits en toute souveraineté. Le droit de grâce est celui d’atténuer la peine prononcée, à titre exceptionnel, et pour des considérations humanitaires. Ouvrir à l’heure actuelle le débat sur la sanction suprême serait susciter le hideux conflit entre la peur et la vie, entre l’horreur du crime et celle du châtiment. C’est pourquoi la seule démarche positive, quoique douloureuse, consiste à accentuer dans une première phase l’effort de prévention et de sécurité, pour permettre que vienne le moment où la société, délivrée de sa crainte, pourra débattre, dans toutes ses conséquences, du mystérieux, mais inaltérable droit à la vie. »

Suite au « ralliement abolitionniste » de Jacques Chirac à François Mitterrand lors de la campagne de 1981, Giscard se trouve assez isolé politiquement avec « [sa] profonde aversion ». Il est cependant contraint à ne procéder à aucune exécution pendant toute la durée de la période électorale. Cette absence de prise de position que l’on pourrait simplifier par : « Je suis contre, mais je ne statue pas car les Français y restent attachés » aurait fait perdre à Valéry Giscard d’Estaing des voix, notamment de personnes de droite hostiles à la peine de mort. Le courage politique de Mitterrand a, semble-t-il, été beaucoup plus payant.
C’est ainsi que le 16 mars 1981, pour les élections présidentielles, lors du débat télévisé de l’émission « Cartes sur table », Valéry Giscard d’Estaing, déclare face à son adversaire abolitionniste :

« Je considère qu’à l’heure actuelle, le gouvernement ne doit pas proposer au Parlement l’abolition de la peine de mort. J’estime qu’un tel changement ne peut intervenir que dans une société apaisée, dont les membres ont confiance dans leur sécurité, et aussi longtemps que cet apaisement ne sera pas ressenti par le corps social français, ce serait aller contre la sensibilité profonde du peuple français. J’estime qu’on n’a pas le droit d’aller contre la sensibilité d’un peuple qu’on représente ou qu’on gouverne. »

 
On pense immédiatement à cette assertion de la Convention mise en avant dans la loi du 4 brumaire an IV, alors que l’article 1er stipule :

« À dater du jour de la publication de la paix générale, la peine de mort sera abolie dans la République française. »


Deux siècles séparent ces propos d’acteurs politiques qui refusent d’abolir sous l’argumentaire sécuritaire.

Néanmoins, on ne peut enlever au Président Giscard la grâce le 10 février 1976 de Bruno Triplet, connu pour être le dernier mineur condamné à mort. Il le fut par la cour d’assises de l’Oise le 3 octobre 1975. Le jeune homme a dix-sept ans au moment des faits : le soir du 23 novembre 1974, avec trois autres adolescents (Yannick, Michel et Patrick), ils torturent et tuent une femme de soixante-neuf ans avant de lui voler 134 francs en liquide et un chèque de 6 000 francs. Ses complices sont respectivement condamnés à vingt ans et douze ans de prison.


Mais Giscard n’entre pas dans le cercle vertueux de la grâce systématique et des têtes tombent encore en France, sous le coup du couperet.

« Après l’affaire Ranucci [exécuté le 28 juillet 1976], Giscard se trouvait prisonnier en quelque sorte de sa première exécution. Il ne fallait pas que l’on dise qu’il avait fait exécuter Ranucci en raison de circonstances politiques dans le conflit avec Chirac. Et il en envoie donc deux autres à la guillotine. »
{Extrait de l’entretien que Robert Badinter m’a accordé en 2011}


Il s’agit de Jérôme Carrein (exécuté le 23 juin 1977) et d’Hamida Djandoubi (exécuté le 10 septembre 1977), dernier condamné à mort non gracié, et par voie de conséquence le dernier exécuté. Valéry Giscard d’Estaing déclare vouloir laisser la justice suivre son cours.


Badinter lui répond quelques années plus tard, à l’Assemblée nationale, le 18 septembre 1981 :
« [Djandoubi] Un unijambiste qui, quelle que soit l’horreur de ses crimes, présentait tous les signes d’un déséquilibre, et qu’on a emporté sur l’échafaud après lui avoir enlevé sa prothèse. »
La rancune est tenace. »

 

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2017-2018 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) - Plusieurs participations au Journal de Spirou (Dupuis), avec au dessin Ruben Del Rincon ou Jean-Paul Krassinsky (2015/2016/2017) - Champs d’honneur, Delcourt, (Écriture des cahiers historiques pour l’ensemble de la série/2016) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014) - Diverses publications dans des revues Scientifiques (Criminocorpus, Arkhéia, Parlement[s], etc.) --- Autres publications --- - Gonzine n°7, Graphzine sous la direction de Sarah Fisthole (2018) - Nuit Noire n°1, Fanzine sous la direction d’Anne-Perrine Couët (2018) - 666666, Graphzine sous la direction de Gabriel Delmas (2017) - Notes d’intentions féministes, Blog. - Le Carnet de l’abolition, Blog.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.