La Guillotine // Avant-propos

Photo de la couverture de « La Guillotine ».

Ce livre est l’aboutissement de plusieurs années de recherche et de réflexion, sur la peine de mort.

Alors que je préparais une thèse sur l’Histoire de l’abolition de la peine de mort dans l’Union européenne, je suis entrée en contact avec La Revue dessinée. Je fis part à l’équipe éditoriale de mon projet : faire une bande dessinée extraite de mon doctorat en cours. Je les remercie d’avoir accepté, ainsi que de leur soutien pendant la réalisation des planches sur lesquelles Rica m’a accompagnée.

Raconter l’histoire de l’objet, de la mécanique terrible, fut très rapidement une évidence.

Ce serait elle l’héroïne, le personnage, le sujet. C’est ainsi qu’un chapitre de travaux universitaires a pris vie sous forme de bande dessinée. Associés à un propos qui peut paraître aride, le trait et la technique de Rica, puissants et sans concession, ont permis de mettre à jour cet objet. Il nous fallait faire vivre la guillotine sous ce format pour dénoncer la mort dont elle s’était rendue coupable. Et c’est bien là que le sujet prend son sens : sans hommes, jamais elle n’aurait vu le jour. Ce n’est pas la guillotine qui est l’horreur, mais tous ceux qui l’ont planifiée et s’en sont servis ou l’ont validée, pour décapiter leurs congénères.

Cet ouvrage suit de manière chronologique – de sa conception à son démantelement -, le destin d’une machine de mort, inventée et conçue par des hommes, pour originellement amoindrir les souffrances des condamnés. Nous verrons qu’il n’en fut rien : guillotiner, c’est torturer. La barbarie de cette machine à couper les cous, à découper des corps humains en vie, est perçue dès les premiers temps de sa mise en service comme une pratique vectrice de souffrances.

Pourquoi raconter ces atrocités et terreurs, dont on pourrait me dire qu’elles sont dépassées ? Aujourd’hui nous vivons dans un pays qui n’exécute plus. Toutefois, le monde est vaste et le nombre d’États appliquant la sanction capitale ou la maintenant dans leur arsenal judiciaire est toujours conséquent et d’actualité. En outre, si notre Constitution ou notre appartenance à l’Union européenne nous protègent a priori juridiquement d’un retour aux supplices, n’oublions jamais que toute personne née avant 1981 a vécu dans une société majoritairement acquise à la sanction capitale. Le bourreau n’est pas le seul maillon d’un processus inhumain, il n’en est que l’aboutissement. La peine de mort est une responsabilité collective et c’est à chacun et chacune de se positionner contre, sans aucune réserve, puisque l’abolition n’accepte pas d’exception.

« La Guillotine », éditions Eidola, sortie février 2019, scénario : Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, dessin : Rica.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.