Les arguments à double tranchant

 

RANUCCI

 

 

 

 

 

Je milite pour l’abolition universelle de la peine de mort.

Et à ce propos je veux expliquer pourquoi je ne mets jamais en avant l’argument suivant :

« On peut se tromper et tuer un-e innocent-e. »

 

C’est à mon sens un mauvais débat qui peut par ailleurs se retourner contre les abolitionnistes, et devenir dangereux.

 

Point Science-fiction : admettons qu’un jour – par le truchement des avancées techniques ou autres –, l’humanité puisse être certaine à 100% de la culpabilité ou de l’innocence des individus. L’argument du « on peut se tromper » sera alors caduc. Et permettra à toutes les personnes morticoles de remonter au créneau et de réclamer le maintien ou le rétablissement de la sanction capitale. Puisque l’on ne pourra plus exécuter « à tort ».

 

En outre, quand on est contre la peine de mort, on est contre, pour tou-te-s. Même pour ceux nommés « monstres sociaux » ; même pour les pires criminels de guerre. C’est le principe de l’égalité. On ne fait pas le tri dans l’abolition. On est ou on n’est pas abolitionniste. Ce n’est pas une chose mesurable ou quantifiable selon son degré de dégoût ou de sensibilité vis-à-vis d’un crime. On fait fi de ses ressentiments. C’est devenu une question de principe.

C’est la raison pour laquelle je ne cherche pour ainsi dire jamais à trop me renseigner sur les affaires criminelles actuelles qui mènent des gens dans le couloir de la mort. Ça ne concerne pas ma lutte (au pire cela peut interroger ma curiosité). Ce n’est pas mon propos. Des lois (autres que le châtiment suprême) existent pour que des coupables soient empêchés de nuire si besoin, notamment par l’enfermement (dont j’aurais beaucoup à dire aussi, mais c’est une autre question qui attendra un autre jour).

 

L’abolition ne peut pas exister dans la demi-mesure. Elle ne peut être que pleine et entière.

 

………………………………………..

(Photo de Christian Ranucci, exécuté le 28 juillet 1976 à l’âge de 22 ans ; il fut l’antépénultième guillotiné, en France)

 

 

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - L'Enfer est vide, tous les démons sont ici, Glénat, 2021, (Scénario, Marie Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2-, 2017 à 2019 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014)

More Posts

Follow Me:
FacebookYouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.