Après Bruxelles

Présentation1

 

Ceci est la photo des statistiques de ce blog, pour le mois de mars 2016.

Le constat, c’est la grande régularité des chiffres (identiques sur les autres mois), … Et puis…. Le 22 mars… Les attentats de Bruxelles et une répercussion immédiate en forme d’anomalie.

Les phrases clés associées qui ont permis de trouver mon blog dans la jungle des internets ont été, ce mois-ci :

– Belgique

– Peine de mort en Belgique

– Peine maximale en Belgique.

Ces nombres de « visites » pour les 22/23 et 24 mars m’ont beaucoup troublée, j’ai donc décidé de vérifier pour le 13 novembre 2015 et le 7 janvier 2015.

Le 8 janvier, les stats ont doublé (mais n’ont pas été multipliées par 10) et au mois de novembre, rien, pas la moindre vaguelette.

Je remarque une radicalisation des esprits et des réactions, très vives sur les réseaux sociaux, réactions emmenées par des personnalités politiques qui semblent n’attendre que l’horreur criminelle pour ressortir leur vieille marotte barbare : le retour de la sanction capitale.

Elle est impossible (à moins d’un coup d’État et d’une sortie immédiate de l’Union européenne), je ne le répéterai pas, encore et encore.

Ce que ces statistiques nous disent :

– Les gens cherchent s’il est possible d’exécuter quelqu’un, en 2016, en Belgique (et je confirme que non, ce n’est pas du tout possible),

– Ils doivent tomber sur mon article (brouillon de la question de l’abolition de la peine de mort en Belgique, un des chapitres de ma thèse) expliquant que les Belges sont abolitionnistes de fait depuis trèèèèès longtemps (c’est pas leur truc les actions violentes envers les condamnés, ils évitent depuis le milieu du XIXe siècle),

– Peut-être sont-ils déçus : ce dernier propos peut sembler absolument gratuit et bien peu scientifique. Toutefois, si l’on cherche à savoir si la peine de mort est toujours pratiquée dans un pays, et que ces recherches ont lieu durant les 72h qui suivent un attentat d’une extrême violence, j’ai du mal à croire que cela soit par pur hasard ou amour de la culture. Les coïncidences, certes, mais dans certaines limites,

– Au bout de 3 jours les chiffres se calment (ce qui est assez rassurant),

– Les internautes en quête ne viennent pas plus de la Belgique que d’habitude (cet État se trouve toujours dans les 3 ou 4 premiers pays qui visitent ce blog), mais émanent de France.

Conclusion : Nous avons donc des Français qui cherchent à savoir si l’on peut exécuter un homme en Belgique, (suite à des attentats terroristes), pendant 3 jours, puis qui « passent à autre chose » (une actualité monstrueuse en chassant une autre).

Ce qui m’intéresserait de savoir, maintenant, c’est à quel point la multiplication des actes terroristes augmentent les pulsions morticoles (pro-peine de mort) de la population, si il y a un vrai mouvement de bascule, notamment de la part de personnes qui jusqu’à présent ne se sentaient finalement que peu concernées par la question abolitionniste ou rétentionniste.

Est-ce que le plus grand des dangers du terrorisme ne serait pas cette haine qu’il déploie à long terme, cette radicalisation des esprits qui ne voient plus qu’une seule solution face à l’horreur, face à la peur : l’effacement de l’autre.

Je réécris ici quelques lignes que j’avais postées sur les réseaux sociaux :

« Je me réjouis que Salah Abdeslam ait été arrêté mais tout autant qu’il ait été arrêté vivant afin qu’un procès puisse avoir lieu. Je suis malheureusement tombée sur quelques commentaires (alors que j’évite au maximum), dans lesquels la peine de mort (ou la torture sous toute forme imaginable) est ressortie comme ficelle inéluctable, et j’en profite pour réitérer : jamais je ne pourrai soutenir ou valider ces appels au talion, quelques soient les crimes commis. »

– MGBV –

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2017-2018 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) - Plusieurs participations au Journal de Spirou (Dupuis), avec au dessin Ruben Del Rincon ou Jean-Paul Krassinsky (2015/2016/2017) - Champs d’honneur, Delcourt, (Écriture des cahiers historiques pour l’ensemble de la série/2016) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014) - Diverses publications dans des revues Scientifiques (Criminocorpus, Arkhéia, Parlement[s], etc.) --- Autres publications --- - Gonzine n°7, Graphzine sous la direction de Sarah Fisthole (2018) - Nuit Noire n°1, Fanzine sous la direction d’Anne-Perrine Couët (2018) - 666666, Graphzine sous la direction de Gabriel Delmas (2017) - Notes d’intentions féministes, Blog. - Le Carnet de l’abolition, Blog.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.