Quatorze photos pour une exécution

Je faisais des recherches pour un projet de bande dessinée historique et je suis tombée sur une des photos de la triple exécution de Valence. Je me suis alors mise à « tirer les fils ». Voilà le résultat : 14 photographies de la triple décapitation de 1909.

Sept minutes ont suffi pour exécuter ces trois hommes. 

Triple exécution de Valence – 23 septembre 1909

Les « Chauffeurs de la Drôme » sont une bande armée qui ravage la campagne valentinoise de 1905 à 1908. Octave-Louis David, Pierre-Auguste Berruyer, et Urbain-Célestin Liotard sont arrêtés et condamnés à mort. Un quatrième complice est parvenu à s’enfuir. Il s’agit de Jean Lamarque qui est condamné par contumace, puis arrêté en 1910. Sa condamnation à mort est alors commuée par Armand Fallières en travaux forcés à perpétuité.

Le but de cet article n’est en aucun cas de refaire l’historique de leurs sanglantes agressions ou exactions, ni leur procès. La seule chose qui nous préoccupe ici est leur exécution, modèle du genre.

Les trois condamnés sont guillotinés à tour de rôle : Pierre-Auguste-Louis Berruyer (36 ans), puis Octave-Louis David (36 ans) et enfin Urbain-Célestin Liottard (46 ans) passent sur « la bascule à Charlot ». Le bourreau n’est autre que le très célèbre Anatole Deibler : 54 ans de carrière dont 40 en tant qu’exécuteur en chef. L’exécution a lieu sur le parvis de la prison de Valence.

La Guillotine est installée sur les rames du tramway de la ville : nous pouvons supposer que cela sert à la maintenir efficacement.

 

Photo 1 : arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison. Il s’agit de Pierre-Auguste-Louis Berruyer. La foule est maintenant très nombreuse : on l’estime entre 1500 et 2000 personnes. Il faut dire que les exécutions ont été rares ces dernières années du fait de « l’abolition de fait » pendant 3 ans entre1906 et 1908. En outre, il s’agit là d’une triple exécution, chose plutôt rarissime. Enfin, ces brigands ont focalisé contre eux toute la haine possible du fait de leurs terribles exactions. Ils sont pour la population « impardonnables ».

Photo 2 : idem. Arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison

Photo 3 : quelques secondes avant la première exécution (il s’agirait de Octave David)

Photo 4 : le condamné est installé sur la bascule par Deibler. Il s’agit du condamné Berruyer.

Photo 5 : pendant l’exécution ; on voit le mouvement du couperet qui tombe…

Photo 6 et 7 : description inutile… 

Photos identiques : les exécuteurs ramassent la tête dans la bassine pour la poser dans le panier

Photo 8 : pendant l’exécution (le bourreau remonte le couperet avec sa corde, personne ne paraît bouger). Nous sommes précisément entre 2 exécutions : on voit un corps dans le panier.

Photo 9 et 10 : idem (fin de la remontée du couperet) [les 2 photos sont identiques mais avec un traitement différent ; cela peut aider à la lisibilité]

Photo 11 : arrivée de la nouvelle et dernière exécution, celle de Urbain-Célestin Liotard (Ocatve-Louis David a été exécuté en second)

Photo 12 : idem, à quelques secondes près et avec une vue plus proche de la scène.

Photo 13 : le couperet est plein de sang, les aides bourreaux commencent à ranger, les paniers sont prêts à être fermés.

Photo 14 : les exécutions sont terminées : on ne voit même plus les paniers (rangés dans la voiture ?) les aides bourreaux nettoient la guillotine, la foule se remet en marche, les gendarmes ont baissé leurs armes.

 

Derniers mots des condamnés :

Berruyer  « Je proteste… »

David (quand on coupe le col de sa chemise) « Ce n’était pas la peine de me la donner si chic pour la couper ! » (en marchant) « Nom de Dieu, ce que vous m’avez serré, vous n’aviez pas cependant à avoir peur que je m’échappe ! » (marche dans une flaque) « Je vais m’enrhumer » (devant la machine) « Salut ! Salut ! » (sur la bascule) « Allez, envoyez ! »

Liottard  « Vive Deibler et mort aux vaches ! »


Photo 1 : arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison. Il s’agit de Pierre-Auguste-Louis Berruyer. La foule est maintenant très nombreuse : on l’estime entre 1500 et 2000 personnes. Il faut dire que les exécutions ont été rares ces dernières années du fait de « l’abolition de fait » pendant 3 ans entre1906 et 1908. En outre, il s’agit là d’une triple exécution, chose plutôt rarissime. Enfin, ces brigands ont focalisé contre eux toute la haine possible du fait de leurs terribles exactions. Ils sont pour la population « impardonnables ».

 

 

Photo 2 : idem. Arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison

 

 

 

 

Photo 3 : quelques secondes avant la première exécution (il s’agirait de Octave David)

 

 

 

Photo 4 : le condamné est installé sur la bascule par Deibler. Il s’agit du condamné Berruyer.

 

 

 

Photo 5 : pendant l’exécution ; on voit le mouvement du couperet qui tombe…

 

 

Photo 6 : description inutile…

 

 

Photo 7 : description inutile…

 

 

Photo 8 : pendant l’exécution (le bourreau remonte le couperet avec sa corde, personne ne paraît bouger). Nous sommes précisément entre 2 exécutions : on voit un corps dans le panier.

 

 

 

Photo 9 : idem (fin de la remontée du couperet) [les photos 10 et 11 sont identiques mais avec un traitement différent ; cela peut aider à la lisibilité]

 

 

Photo 10 :

 

Photo 11 : arrivée de la nouvelle et dernière exécution, celle de Urbain-Célestin Liotard (Ocatve-Louis David a été exécuté en second)

 

 

Photo 12 : idem, à quelques secondes près et avec une vue plus proche de la scène.

 

 

Photo 13 : le couperet est plein de sang, les aides bourreaux commencent à ranger, les paniers sont prêts à être fermés.

 

 

Photo 14 : les exécutions sont terminées : on ne voit même plus les paniers (rangés dans la voiture ?) les aides bourreaux nettoient la guillotine, la foule se remet en marche, les gendarmes ont baissé leurs armes.

 

[pour l’ensemble des photos : DR]


5 réflexions au sujet de « Quatorze photos pour une exécution »

  1. Bonjour, merci pour votre recherche et l’article ci-dessus qui en résulte et qui est très explicite. Puis-je, je vous prie, également utiliser certaines de vos photos ?
    Respectueuses salutations
    Dominique

  2. bonjour et merci,

    on peut apercevoir un individu avec le pantalon blanc (tenue été) et le képi dans ses mains qui est le gardien chef de la prison de Valence très certainement, avec une vareuse modèle 1892 portée jusqu’en 1922. Il n’a d’ailleurs aucune arme a contrario des gendarmes qui sécurisent le périmètre.
    Les gardiens de prison étaient aux premières loges des exécutions capitales.
    Dans mon site internet, je pensais à moyen terme faire un module sur la présence des gardiens de prison dans ces moments si difficiles. Si vous n’y voyez pas d’inconvénients je me permettrai d’utiliser une ou deux photos pour illustrer.
    au plaisir de vous lire
    christophe

    • Oui, n’hésitez pas, évidemment je suis pour le partage des données, je vous demande juste de mettre le lien de mon carnet 🙂

      En tout cas merci beaucoup pour ce complément d’informations absolument passionnant !
      Cordialement
      MGBV

  3. Merci pour cette ensemble de photos très impressionnant. Cependant, il y a une erreur, concernant la première image: on voit bien que le lieu n’est pas le même que pour les autres (les publicités sur le mur, la porte de la prison, l’absence de rails). Par ailleurs, ce n’est pas l’installation de la guillotine qu’on peut voir, mais bien l’exécution elle-même: les aides du bourreau tiennent le condamné sur la bascule (la tache blanche devant le couperet, c’est sa chemise). Il s’agirait, selon d’autres sources sur internet, de l’exécution à Carpentras de Rémy Danvers, en 1909 également.

    • Je vous remercie pour cette rectification, que je me suis empressée de corriger et de remettre à jour.
      Très cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.