L’Europe, l’abolition et le prix Nobel de la paix.

Voilà un prix Nobel de la paix qui ne laisse pas indifférent.
En tous sens, j’ai tout lu.
Je fais partie de ceux qui considèrent en toute conscience le bien-fondé de cette attribution.
Je ne reviendrai pas sur « l’Europe, continent de paix depuis près de 70 ans ».

Mon travail, ma réflexion est celle de l’abolition, et voilà bien pourquoi je suis interpellée. Mon sujet de thèse : « La pensée abolitionniste, une des valeurs structurantes de l’Europe communautaire : l’exemple des Six pays fondateurs » explique certainement à lui seul mon intérêt pour la question. Car la paix amène l’abolition. On n’abolit jamais en temps de guerre, ou de risque imminent de guerre. Si l’on se sent menacé par une attaque – réelle ou non – on n’abolit pas. On conserve dans son arsenal juridique et judiciaire la possibilité du couperet (ou autre méthode d’exécution). Au cas où…

C’est donc « l’invention de la paix » par les Pères fondateurs de l’Europe qui a généré sur le continent européen – ou tout du moins dans l’Europe communautaire (par le biais au préalable du Conseil de l’Europe) – ce mouvement abolitionniste à nulle part ailleurs identique. Or tant qu’il n’y aura pas un Prix Nobel de l’abolition…

 

L’Europe est aujourd’hui une véritable communauté de valeurs, nul ne peut dire le contraire, s’il se penche quelques instants sur la question. L’Europe communautaire promeut une politique des Droits de l’Homme , soit prosélyte, mais à tout le moins efficace. C’est la Convention européenne des droits de l’homme et du Conseil de l’Europe (CEDH) qui a initié dès 1950 la protection de l’individu et sa liberté (même si non abolitionniste à cette date, puisqu’il faut attendre 1983 pour que « la peine de mort [soit] abolie [et que] nul ne [soit] condamné à une telle peine ni exécuté » soit entériné, cf. Protocole n°6 :

« Le Protocole n°6 à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales concernant l’abolition de la peine de mort,
(Strasbourg, le 28 avril 1983)
Article 1 – Abolition de la peine de mort
La peine de mort est abolie. Nul ne peut être condamné à une telle peine ni exécuté.
(…) »

Sa conclusion sera la Charte des droits fondamentaux, en 2000. Elle permet à L’UE de devenir « l’espace démocratique où les droits fondamentaux sont le mieux reconnus et le plus complètement garantis  »1 .

L’abolition de la peine de mort est aujourd’hui reconnue comme un des fondements de la civilisation européenne. Elle a une valeur juridique supranationale. Les États européens qui souhaiteraient rétablir la peine de mort, ne le pourraient qu’en dénonçant les traités européens, ce qui relèverait d’une aberration politique et un contresens moral. 

Alors, oui, moi je valide pleinement cette distinction.
Par militantisme, par conviction, parce que la paix et l’abolition, c’est la vie, c’est l’apaisement, c’est l’exemple. Même si rien n’est parfait.  

  1. Jean-Dominique Giuliani, L’Europe, une vraie communauté de valeurs, in Pascal Boniface (S/s la direction de), Quelles valeurs pour l’Union européenne ?, Paris, Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) Presses Universitaires de France (PUF), 2004, p. 51 []

Facebook, la peine de mort et le bâton de pèlerin.

J’ai un compte Facebook sur lequel je suis ce que l’on peut nommer « très active ». Ce réseau social me sert en quelque sorte de blog. Outre ma vie, mes photos, je poste de nombreux articles ayant trait à la peine de mort et à son abolition. La plupart suivent l’actualité, certains sont plus historiques. Bref, prosélytisme total et assumé. Mon panel d’amis est assez hétérogène, de part mes différentes activités professionnelles, associatives, etc. mais aussi parce que j’ai vécu de très nombreux déménagements au cours de ma scolarité. J’ai donc des amis anciens élèves de ces établissements scolaires fréquentés, région bordelaise, région parisienne, Auvergne, Martinique, etc.
Le prosélytisme que j’exerce sur ma page, j’évite de trop l’exporter chez les autres. Après tout je n’ai pas à imposer mes vues d’esprit en permanence sur une question sensible. Facebook est un lieu virtuel de convivialité, et je crois sincèrement que de « coller » des articles ou des opinions abolitionnistes sur les murs des autres aurait un effet délétère et contraire au but recherché. Je reste donc « chez moi », avec parfois des interventions « ailleurs » quand la conversation s’y prête.
Toutefois,  cette « ligne de conduite » est de temps en temps bousculée.
Il y a deux soirs de cela, je tombe sur un « panneau », de ceux qui fleurissent à tout va, avec des phrases toutes faites, des citations parfois, de plus ou moins bon goût. Celui qui m’a interpellée disait ceci : « Pourquoi tester les produits sur les animaux en laboratoire quand on a des pédophiles en prison ». En temps normal, j’évite toute intervention. Mais je devais être fatiguée, ou ces mots m’ont encore plus agacée que d’autres… je n’ai pas pu m’empêcher, en sachant par avance ce que cela engendrerait. Je ne vous rapporte pas la conversation qui est finalement de l’ordre du « semi-confidentiel », sur le mur non public d’une amie. Cette dernière était par ailleurs absente lors de l’échange de propos, un peu vif, entre ses amies et moi. Elle a à son retour posé une voie médiane, et je l’en remercie.
Se pose la question de ce que l’on peut faire ou pas sur un réseau social. Tous les utilisateurs de Facebook ont vécu l’ambiance délétère qui s’est répandue pendant les élections présidentielles. A coups d’insultes, de phrases mesquines, etc. 
Proclamer haut et fort une opinion, avoir à mon échelle une action – au moins intellectuelle, par l’écriture – dans ce que je nomme un combat (l’abolition universelle de la peine de mort), m’autorise-t-il à aller m’exprimer chez une copine de classe du temps des années collège et à rentrer dans une rhétorique avec des inconnus qui ne m’ont rien demandé ? La question soulevée par ce panneau, la haine de l’autre, son rejet sans possibilité de rédemption (je n’emploie jamais ce terme dans son sens chrétien), le basculement théorique de l’homme à l’animal,  m’a fait d’entrée marquer un « point Godwin ». Mon argumentaire est donc dès l’origine faussé et mauvais. Je ne pouvais que m’attirer les foudres de ceux qui réagissent toujours par l’affect. Je l’ai bien cherché.
Néanmoins, je crois, alors que je ne suis pas fatiguée ce matin, alors que j’ai le recul ne serait-ce que par ce billet,  que si c’était à refaire, je recommencerais. Mais à moi alors de ne pas être non plus dans l’affect, et de démarrer sereinement avec des arguments abolitionnistes factuels. A moi si je veux réussir à convaincre, d’apprendre à être convaincante.
Pour faire le balancier, je voudrais remercier les quelques personnes qui m’ont un jour envoyé un message privé en me disant que ce que je postais, l’ensemble des articles abolitionnistes partagés, les avait faire réfléchir au fait  que « Partout où la peine de mort est pratiquée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare la civilisation règne » (Victor Hugo). 

Isabelle, La Louve de France

Ce carnet avait pour vocation originelle de me motiver, et ce sur plusieurs points.

J’avais tout d’abord besoin d’une « trace » à montrer et à porter, de mon travail de recherche, travail de doctorante qui comme pour tous est long, solitaire et parfois aride.
La formation dispensée dans mon université par l’équipe d’hypothèse m’avait aussi permis d’appréhender un outil informatique. Je ne suis pas très à l’aise avec les nouvelles technologies et « bidouiller wordpress », avec toute l’aide apportée par l’équipe de carnetiers me rassurait.
Enfin, j’avais l’idée « d’informer mon prochain » – soit ceux qui par hasard passeraient par ici – de nouvelles liées à l’abolition de la peine de mort.
Je ne reviendrai pas sur mes motivations à ce propos, je les ai déjà décrites en long et en large.
Mais ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est que ce carnet pouvait servir de blog véritablement.
On m’en parle, on me dit ce que l’on y trouve, ce qui intéresse, interpelle, choque aussi. Il est lu. Et j’en suis tout étonnée.
Hier j’ai participé à une journée autour de la question de la peine de mort, à l’Université d’Agen, où je suis intervenue sur un bref historique de la question abolitionniste française. Et l’on me présente comme l’auteur de ce carnet. C’est une réalité, mais cela génère une prise de conscience de ma part : rien de ce que l’on publie sur le net n’est anodin, et tout transite et se mêle. Dans le même esprit je me suis retrouvée citée sur le site http://guillotine.cultureforum.net/ que je consulte régulièrement pour ses informations techniques notamment, ainsi que que sur le site de « ‘l’intelligence du monde » :
http://idm.hypotheses.org/author/abolition.

Tout transite. L’information circule et se partage. Le but est atteint, bien au-delà de ce qui me passerait envisageable.

Parallèlement, j’ai interviewé des auteurs de bande-dessinée, ce qui n’était pas prévu à l’origine. Mais leurs albums en lien avec ma thématique de recherche, m’ont paru avoir toute leur place ici. Cet intérêt pour la BD n’est pas anodin, je suis liée à ce milieu de façon personnelle depuis une quinzaine d’années.
Et c’est justement par rapport à la bande dessinée que je m’interroge. Je viens de publier mon premier album, en tant que co-scénariste. Et je me demande si je peux, si moralement, ce qui est un carnet de recherche peut être aussi le lieu d’une promotion personnelle à résultante pécuniaire. Et je réponds que oui. D’autres valorisent leurs publications scientifiques, essais, actes de colloques. Pourquoi une BD, historique, ne pourrait-elle pas s’imbriquer dans ce que je fais ?
C’est ainsi que je vous présente, avec beaucoup de fierté « Isabelle, la Louve de France » à paraître le 17 octobre, Editions Delcourt..
Et pour ne pas totalement me dévoyer et rester dans la thématique originelle, une petite illustration, qui en rappelle d’autres entrevues ici :

 

Interview réalisée en novembre, sur le site BD-Thèque :

http://www.bdtheque.com/interview-marie-gloris-245.html