La question de la peine de mort dans l’œuvre d’Emmanuel Moynot

Emmanuel Moynot est auteur de bande-dessinée. Dans ce cadre je me suis penchée sur ceux de ses ouvrages qui ont entre autre la peine de mort comme thématique.

De 1992 à 1994 sont publiés aux éditions Dargaud les trois tomes de sa série « Le temps des bombes ». Il s’agit d’une pure fiction relatant le destin d’un jeune bourgeois qui se lie au milieu anarchiste à la fin du XIXème siècle. Le second épisode de la trilogie relate l’exécution d’un des camarades du héros : ce personnage s’inspire de l’anarchiste Émile Henry (18872 – 1894), jeune homme de 21 ans guillotiné le 21 mai 1894 à la suite de plusieurs attentats. Clémenceau et Barrès assistent à l’exécution et « le Tigre » fervent abolitionniste, laisse ces quelques mots : « Je sens en moi l’inexprimable dégoût de cette tuerie administrative, faite sans conviction par des fonctionnaires corrects. (…) Le forfait d’Henry est d’un sauvage. L’acte de la société m’apparaît comme une basse vengeance[1] ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le second épisode du dytique « Nord/Sud » (en collaboration avec Dieter), la question de la sanction capitale est déplacée aux États-Unis. « Los Angeles » retrace le parcours d’un rappeur en pleine gloire, rattrapé par son passé et une sombre histoire de meurtre. Défendu par une avocate abolitionniste, nous suivons les pérégrinations et la descente aux enfers du héros.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais c’est au sujet de « Pierre Goldman, la vie d’un autre » [Futuropolis, 2012] que j’avais à l’origine l’intention d’interviewer Emmanuel Moynot. Pierre Goldman (1944 – 1979), haute figure du militantisme d’extrême gauche dans les années 60’, bandit à ses heures, écrivain, est condamné en décembre 1974 pour le meurtre de deux pharmaciennes, assassinats qu’il nia toujours.

Pierre Goldman risquait la peine de mort. En effet, nous sommes en 1974, au début du mandat de Valéry Giscard D’Estaing. La France est alors encore très majoritairement rétentionniste. Le 29 novembre 1972, peu de voix se sont élevées lors de l’exécution de Roger Bomtemps dans la cour de la prison de la Santé. Bontemps guillotiné alors qu’il n’a jamais tué…

Toutefois, dans le cas de Goldman, l’appel au sang, au talion, à la vendetta, n’a pas lieu. Le procureur général lui-même ne requiert pas la peine de mort. Alors que tous le pensent coupable, la prise de conscience de la réhabilitation de cet homme est indéniable. Rentré en prison cinq ans plus tôt, Goldman met à profit son incarcération pour passer des diplômes (licences d’espagnol et de philosophie, puis Maîtrise). En outre, le directeur de la prison écrit une lettre en faveur de Goldman. En effet, lors de mouvements de détenus, Pierre a contribué à maintenir le calme et a permis d’éviter des émeutes. Personnage très médiatisé car éminemment politique, tout le monde s’accorde sur le fait qu’en 1974, Goldman n’est plus l’homme qu’il était avant son incarcération.

C’est alors que je m’interroge sur la question de ce qui aurait pu être un procès politique : en effet, Pierre Goldman a toujours refusé cet axe de défense, au grand dam de ses avocats. Rappelons que la peine de mort en matière politique a été abolie en 1848, sous l’impulsion de Lamartine, Hugo, Coquerel, Rabuan et Buvignier. Il n’est donc plus possible d’envisager cet angle d’attaque, sous peine de contrecarrer à toutes les lois de la République. La défense en revanche aurait pu argumenter sur l’amalgame possible entre le citoyen Pierre Goldman et le militant d’extrême gauche. Le prévenu refuse tout argumentaire allant en ce sens, et il envisage – tout comme ses proches – la possibilité de l’exécution.

Le verdict tombe : réclusion à perpétuité.

Après un second procès en avril 1976, Pierre Goldman est innocenté du double meurtre.
Sorti de prison où il a fini de purger sa peine pour trois hold-up qu’il a commis, il est assassiné le 20 septembre 1979. Pour Emmanuel Moynot cet assassinat est sans doute la conséquence d’une croyance selon laquelle il aurait été acquitté à tort. Un lynchage. Une sanction capitale à rebours.

Merci à Emmanuel Moynot pour l’entretien qu’il m’a accordé.  


[1] Michel Winock, Clemenceau, éditions Perrin, septembre 2007, p. 222.

Interview de Sylvain Ricard à propos de son album de bande-dessinée : « 20 ans ferme »

 

La bande dessinée « 20 ans ferme » est la résultante du travail et de l’association du scénariste Sylvain Ricard et du dessinateur Nicoby. S’adjoint à ces deux professionnels le témoignage de Milko, fondateur et président de l’association « Ban public ». Cette association à but non-lucratif a pour objet « la collecte, l’organisation et la publication d’informations sur la prison ».

Sylvain Ricard et Milko se rencontrent en 2008 « suite à une campagne de sensibilisation au parrainage de prisonniers » menée par « Ban public ». Les deux protagonistes échangent, et de cette rencontre entre eux germe le projet qui s’appellera bientôt « 20 ans ferme ».

Publiée aux éditions Futuropolis, « 20 ans ferme » est un « docu-fiction » qui relate l’emprisonnement d’un homme – Milan – de son arrestation à sa sortie de prison. En une centaine de planches nous suivons le héros sur 10 années de sa vie.
Je me suis interrogée sur un certain nombre de points, suite à la lecture de cet ouvrage. En effet la question de l’enfermement est une des questions fondamentales de notre société. Et sa mise en perspective dans le médium bande dessinée n’est ni commun, ni aisé à mettre en œuvre a priori. J’ai donc demandé à Sylvain Ricard s’il acceptait de répondre à quelques questions. Il s’est prêté à l’exercice et je l’en remercie :

Pourquoi la thématique de la prison ?

Pour de multiples raisons. La première est une raison très personnelle, qui tient à la fascination qu’exercent sur moi les lieux d’enfermement et les « bandits ». La prison c’est le lieu où se retrouvent tous les gangsters qui ont peuplé mes jeux de gamin, la menace qui plane sur les fauteurs de troubles dans les romans et les films policiers, le lieu où, normalement, étant donné ma condition et ma vie, je n’irai jamais, lieu que je ne connaîtrai jamais. D’où cette fascination morbide qu’exerce cet endroit secret.

Était-ce une interrogation de longue date, ou suite à une rencontre, à un fait particulier, ou plus personnel, qui aurait bousculé ta conscience ?

C’est le fruit de mes réflexions sur cette société à laquelle j’appartiens. Il est de notoriété publique que la France est relativement mal placée du point de vue des conditions carcérales, fréquemment condamnée par diverses instances européennes, et ce malgré une attitude très moralisatrice du point de vue de son histoire et de la déclaration des droits de l’homme. Au regard de son histoire, de son passé colonial en particulier, la France s’est souvent illustrée dans le registre de la violence faites aux populations carcérales, instaurant bagnes et camps militaires (comme les camps Biribi par exemple), mais aussi en instaurant la torture au rang de « l’indispensable » outil de répression. Pour toutes ces raisons, et en particulier pour ce paradoxe français qui veut que la nation soit celle de la tolérance, de l’accueil, des droits de l’homme et de la justice, et qu’en même temps elle soit le fer de lance de la répression féroce qu’elle impose à ses prisonniers, j’ai voulu m’attaquer au problème des conditions carcérales en France.

Tu expliques ta rencontre avec Milko, mais je n’ai pas saisi si ton désir d’écrire sur l’incarcération existait déjà antérieurement ?

La rencontre avec Milko Paris, ancien braqueur et ancien prisonnier des prisons françaises durent les années 80/90 est la dernière raison de ma démarche, mais non la moindre. Milko à une vraie personnalité, une vraie histoire, et un point de vue sur le sujet qu’il connaît sur le bout des doigts. Durant de très longues conversations, j’ai pu appréhender l’étendue du problème des prisons françaises, mais aussi du système, d’un point de vue plus théorique, qui veut que la société doive punir par l’enfermement et les privations toute personne ayant eu une conduite indélicate ou dangereuse pour la société à laquelle il appartient. De ses discussions il est ressorti que j’avais une matière forte et dense pour nourrir un récit qui parlerait de ce sujet, des ressorts dramatiques mais également des informations que le public ne connaît pas obligatoirement, la prison étant cachée à tous.

Pour toutes ces raisons, la thématique de la prison m’a donné envie d’écrire l’histoire de Milan, condamné à effectuer une lourde peine de prison.

Est-ce que « écrire sur la prison » était dès le départ pour toi lié à « dénoncer une situation» ? Considères-tu cet ouvrage comme un acte politique (dans l’idée antique de ce qui cherche à imaginer le régime idéal) ?

Oui, sans aucun doute. Dès le départ, j’ai eu la conviction qu’il fallait dénoncer le système, d’une manière qui ne soit pas trop didactique, par le biais de plusieurs histoires vraies, dont celle de Milko en particulier. Dans certains de mes ouvrages précédents, en particulier « les boules vitales », « … A la folie » ou « La mort dans l’âme », j’avais posé des interrogations, certes orientées, mais qui restaient sous la forme d’un questionnement sur certains aspects de notre société. Qu’en est-il de notre relation à la violence conjugale, à l’obscurantisme galopant, de l’euthanasie. Dans « 20 ans ferme », la question se pose moins et j’ai voulu proposer au lecteur une vision de ce qu’est réellement la prison française, dans toute sa violence et son absurdité, sans laisser trop de place au questionnement. C’est un plaidoyer, si l’on veut, contre ce système barbare et entretenu, qui va à l’encontre du bien commun. Dans ce sens, c’est un acte politique, bien sûr, celui que tout citoyen devrait revendiquer, au nom de la liberté d’expression et du fait d’appartenir à une « démocratie » qui, sous couvert de grands discours, n’est rien d’autre qu’une république autoritaire dont les chiens de garde, police et justice, ne respectent ni les lois ni les droits fondamentaux des individus. Les prisonniers ne sont pas des « citoyens ordinaires » mais des fauves qu’il convient de mater derrière les murs. C’est une façon absurde de traiter les problèmes, et qui a maintes fois prouvé son inaptitude à gérer la violence des individus.

Comment t’est venu le choix du découpage du type 3 cases sur 3 strips (quasi systématiquement) qui rappellent les grilles d’une cellule de prison ?

Le travail de découpage en gaufrier de 3 cases sur 3 s’est imposé immédiatement comme nécessaire, inévitable, pour deux raisons. La première est bien entendu la similitude qu’il y a entre la disposition des cases dans les pages et les barreaux d’une prison, mais plus essentiellement, la narration choisie est fonction de la notion du temps. En prison, la notion du temps qui passe est essentielle, et ce temps ne s’écoule pas de la même façon que l’on est en cellule, en promenade, au mitard ou en permission. Une scène de 30 jours de mitard peut être traitée dans le même volume de temps qu’une scène d’une année de cellule ou qu’une scène de 24 h de semi-liberté. Cette notion de temps qui passe est essentielle dans le découpage au case à case, rythmée par les bruits, les sons, l’ennui, la réflexion et le repli sur soi. Dans le même ordre d’idée, le traitement de la couleur a été essentiel, avec des teintes vives et claires hors les murs, des tons beiges et mornes en cellule et une ambiance bien plus sombre, grise, dans les moments d’enfermement en quartier disciplinaire. C’est la conjoncture des textes narratifs, de la couleur, du temps et du gaufrier qui permet de rendre « palpable » la notion d’enfermement, dans tous les sens du terme.

À ce propos, le héros est déjà « emprisonné » dans cette mise en case  sur les 3 premières planches (case 1 planche 1 exceptée) : le considères-tu comme déjà détenu dès ce moment ? (En lui-même, de sa situation,…)

Qui peut dire qu’il n’est pas victime d’une forme d’enfermement ? Nous le sommes tous, de notre éducation, de notre passé, de nos habitudes, enfermés dans une société ou certains droits ne sont pas acquis, enfermés dans un mode de pensée formaté par les médias… Alors bien entendu, de ce point de vue-là, Milan est enfermé dans un système de banditisme duquel il ne peut pas sortir et qui finira, très probablement, en prison. Le fait de garder le système de gaufrier pour les pages ou il n’est pas encore en prison est un peu artificiel, sous-entendu que nous aurions pu faire une mise en scène plus éclatée pour signifier qu’il est encore « libre » de ses mouvements, dans la ville, mais dès lors qu’il met le pied dehors, le jour de son arrestation, il est déjà un pied en prison. Son cas est réglé d’avance. Son cas était réglé dès le jour où il a pris son premier revolver pour réaliser son premier braquage. En cela, oui, Milan est déjà prisonnier.

On a coutume de dire que tous les innocents sont des coupables en sursis. Personne n’est à l’abri de se retrouver derrière des barreaux, pour un acte ou une suspicion quelconque. Le système policier et judiciaire de surveillance des individus est tel qu’il ne fait pas de différence entre un suspect (incarcéré de longs mois en attendant son procès) et un coupable. En ce sens, nous sommes tous potentiellement des enfermés. Milan ne fait pas exception à la règle…


À propos de l’album de Florent Calvez : « American tragedy : l’histoire de Sacco et Vanzetti ».

Florent Calvez, auteur de bande dessinée, publie un ouvrage dans la collection « Mirages » aux Éditions Delcourt, traitant de l’affaire Sacco et Vanzetti.

J’ai décidé de l’interviewer afin de comprendre ce qui l’a amené à traiter un tel sujet.
Son récit s’articule autour d’un grand-père narrant ses souvenirs liés à l’affaire, lors d’une partie de jeu de dames avec son petit-fils. Le scénario est extrêmement documenté et retranscrit l’affaire Sacco et Vanzetti dans son contexte historique.

Je le remercie chaleureusement pour cet entretien.

Pourquoi le sujet de Sacco et Vanzetti ?

Je m’explique et j’affine : ce qui à l’origine t’interrogeait, c’est leur histoire ou un questionnement plus global sur la peine de mort ?

D’abord, leur histoire. Je suis intéressé par les mouvements anarchistes, et notamment certaines figures historiques. Je me suis dit qu’il y avait dans l’histoire de Sacco et Vanzetti les germes possibles d’une réflexion intéressante… En premier lieu pour moi !  Commencer un livre, c’est se poser des questions et tenter d’y trouver les réponses. Réponses que l’on retrouve ou non dans le résultat final, d’ailleurs ! Et puis, je m’intéresse à la politique, et traiter ce sujet m’obligeait à un travail de documentation conséquent, ce qui a nourri mais aussi élargi le champ de ma curiosité.

Par contre, dans mon esprit, je voulais exprimer dès le départ et sans la moindre ambiguïté, le côté injustifiable de la peine de mort. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai ajouté une lettre au lecteur à la fin du livre de peur que mon message soit trop sibyllin à l’intérieur même du récit…

L’abolition universelle, c’est une cause vis-à-vis de laquelle tu te sens impliqué ?

Convaincu, assurément.

Outre le fait de sortir un livre clairement pour l’abolition de la peine de mort, je n’ai pas de « geste » politique, démontrant mon implication, jusqu’à présent du moins !

Tu as mis trois années entre le début de ton travail sur cet ouvrage et la fin l’album : ce temps a-t-il fait évoluer ta perspective du sens que tu souhaitais donner à ce livre ?

J’ai tergiversé sur la culpabilité réelle ou supposée de Sacco. La masse d’informations et d’avis contradictoires ont fait valser mon opinion. Pour autant, le sens profond est conforme à mes ambitions de départ. Et puis, dans ce que je voulais démontrer, la culpabilité est à mon sens quasi-accessoire.

Un questionnement nouveau est arrivé aussi par le truchement de la naissance de ma fille. La notion de sacrifice, notamment « le sacrifice pour la cause » est devenue sacrément tangible à mes yeux de jeune papa ! Ça a joué sur la conclusion du livre…

Après, la forme du récit a évolué. Le contexte historique n’est vraiment pas connu… Aussi, je me suis rendu compte qu’il me serait difficile de passer outre un côté didactique dans le récit. Je me suis dit que ce n’était pas négatif en soi, et qu’après tout, mon grand-père me racontait son époque de manière très didactique, et j’adorais ça, alors…

Considères-tu cet ouvrage comme un acte politique et citoyen ?

Et comment ! Je considère même que c’est un acte militant ! Pas au sens enrégimenté du terme, bien sûr, mais dans le souhait de convaincre les lecteurs indécis. Ceux-là, je suppose, seront minoritaires… Mais, je pense plutôt qu’il faut affermir la position abolitionniste des personnes qui sur le principe sont contre la peine de mort, mais qui ont tendance à envisager des exceptions. Comme pour les tueurs d’enfants. Et par les temps qui courent, il est des choses qu’il me semble urgent de rappeler qu’elles sont non-négociables !

Est-il particulièrement difficile d’être auteur complet sur ce type d’album ?
Je pense à la question du recul, nécessaire à tout artiste, à tout auteur.

Oui et non.

Ce type d’album, tel que je le conçois est aussi l’affichage de sensibilité et d’opinion très personnelles. Même en partageant de nombreux points de vue avec un co-auteur, on arrive fatalement un moment à un « compromis », qui peut faire sens, mais ici, c’est complétement personnel, et j’en suis heureux.

À côté de ça, il est difficile d’abattre cette masse de travail seul. D’autant plus quand on est comme moi, parfaitement autodidacte. Pour avoir vu mes amis scénaristes à l’œuvre, et notamment ceux qui ont suivi des études en Histoire, on sent tout de suite qu’ils ont une méthodologie, qu’ils trouvent plus facilement ce dont ils ont besoin, et probablement qu’ils retirent plus d’un document que je n’en suis capable. Ils ne doivent pas non plus se sentir noyer par les informations. Ce qui pose effectivement la question du recul sur ce que l’on est en train de faire, et c’est assez terrible au quotidien. Aujourd’hui encore, j’espère ne pas avoir fait mentir des faits ou avoir mal saisi des informations…

Es-tu passé par des phases de colère, de peine : travailler trois années (même si ce n’est pas en continu) sur un tel sujet peut-il prendre trop de place parfois ?

J’ai commencé par les scènes les plus dures en partant du principe qu’il fallait les dessiner « dures » mais visibles. En me disant que plus j’avancerais dans le récit, plus j’aurais du mal à les réaliser. Je pense que j’ai eu raison. Quand on passe autant de temps sur un album, on relit, on regarde les pages souvent, dans la continuité pour tenter de débusquer un défaut dans le déroulé. Et force est de constater que revoir ces pages-là m’était désagréable. D’ailleurs, quand il lui arrivait de feuilleter, mon épouse sautait ces pages-là… Plus globalement, et malgré la documentation qui rend les choses plus factuelles, j’ai passé plusieurs mois à soupirer « que cette histoire est triste » !

La colère passe. L’indignation reste.

Une exécution est un choc. La peine de mort, c’est une plaie qui ne cicatrise jamais.