De la publicité des exécutions.

Crim.WeidmannGuillotineLa semaine dernière, le gouvernement chinois a diffusé à la télévision les derniers moments de vie de condamnés à mort. Les exécutions n’ont quant à elles pas été filmées. Cette médiatisation macabre a provoqué un tollé.

La publicité des exécutions est une véritable question. En France, les décapitations ont été publiques jusqu’en 1939. On considérait qu’elles avaient  un rôle de catharsis collective. Mais les manifestations de la foule et les compte rendus de certains journaux ont paru de plus en plus déplacés et malsains. La publicité des exécutions capitales a été de moins en moins vécue comme un instrument susceptible de montrer l’exemplarité de la peine de mort. Au contraire, elle est apparue comme un facteur de désordres.

Il a fallu attendre l’application de la peine d’Eugène Weidmann sur le parvis du Palais de justice de Versailles le 17 juin 1939 pour que le gouvernement se décide à mettre fin aux exécutions publiques. La décapitation a été particulièrement atroce : une erreur cause un retard de 45 minutes dans l’exécution, ce qui permet à des journalistes de prendre la plus importante série de photographies d’un tel spectacle (également filmé) qui ont été publiées quelques heures plus tard dans Paris-Soir. Le bourreau Henri Desfournaux a dû s’y reprendre par trois fois, la foule quasi délirante a passé les barrages de police pour tremper des mouchoirs dans le sang du supplicié. Le Gouvernement d’Édouard Daladier, ému par ces désordres, promulgue le décret-loi du 24 juin 1939. Dorénavant, les guillotinés le sont dans l’enceinte des prisons à l’abri des regards de la foule. La mesure est effective dès l’exécution suivante, celle de Jean Dehaene, le 19 juillet 1939 à Saint-Brieuc.

Albert Camus dans Réflexions sur la guillotine a pris position sur cet aspect de la peine capitale. Pour lui, le fait de cacher les exécutions après celle d’Eugène Weidmann prouve que la société ne veut pas montrer l’exemple – au combien mauvais – qu’elle donne : «  Comment l’assassinat furtif qu’on commet la nuit dans une cour de prison peut-il être exemplaire ? […] pour qu’une peine soit vraiment exemplaire, il faut qu’elle soit effrayante. Tuaut de la Bouverie, représentant du peuple en 1791, et partisan des exécutions publiques, était plus logique lorsqu’il déclarait à l’Assemblée nationale « Il faut un spectacle terrible pour contenir le peuple. »» Il considère que l’État qui camoufle les exécutions ne croit pas en la valeur exemplaire de la peine capitale, sinon par tradition puisqu’il utilise les mêmes procédés techniques depuis la fin du xviiie siècle.

Je partage le point de vue de Camus. Je suis révoltée par l’idée de la peine de mort, mais les photos de pendaisons publiques et collectives à des grues iraniennes, ou cette mascarade chinoise sont des écœurements tels qu’ils réveillent l’opinion publique. Cacher les exécutions, c’est les faire disparaître (qui sait que le Japon pratique encore la peine de mort ?), faire en sorte qu’elles n’existent pas. C’est le facteur visibilité qui représente un réel avantage pour le camp abolitionniste. Voyons, écœurons-nous, et ne laissons plus faire cette ignominie.

Photo : exécution de Eugène Weidmann.


Une réflexion au sujet de « De la publicité des exécutions. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.