La thèse, la peine de mort, le blog, les dommages collatéraux.

guillotine-p07Qu’est-ce qu’être « Historien(ne) » ?

Tu te lèves un matin, tu es en troisième année de thèse sans même l’avoir vu venir, et là tu te poses. Et tu te la poses. Cette question.

Ce blog à sa création avait pour vocation d’apporter des informations à caractère historique – donc scientifique – de l’avancée de mes travaux de recherches. Ça tient compagnie. On se sent moins seul(e). L’écriture web donne l’illusion d’être « suivi(e) », soutenu(e). Tout doctorant a un jour eu l’impression de se retrouver sur un radeau entouré de requins au beau milieu de l’océan Pacifique.  

Donc, il (me) fallait poster billets après billets des nouvelles de mon travail, éclairer (oui, l’universitaire « éclaire le monde » de sa connaissance, nous nous y raccrochons tous…) le lecteur sur ce thème incroyable de l’abolition de la peine de mort en Europe. Car oui, nous sommes tous concernés, il s’agit de vie et de mort, de droit, de morale, de conscience, bref, d’une problématique nécessaire : « Heureusement que je m’y penche »…

(Cette dernière phrase est à prendre au 25ème degré, qu’il n’y ait point confusion)

 

Cela a marché. Un certain temps. J’ai pris confiance dans mon travail et ma capacité à chercher puis trouver de l’information. Je l’ai mise en forme, je lui ai donné un sens. Je l’ai partagée. Je suis techniquement devenue historienne.

Au-delà, j’ai par d’autres biais développé mon approche, et écrit pour d’autres supports. Je suis dans le faire, dans l’action, la mécanique et les rouages, tout avance comme il se doit, j’ai 400 pages et quelques d’écrites, d’aucun me diront que « tout va bien ».     

Oui, probablement.

Si tant est que finir Docteur (PH. D que diable !) soit un but.

J’avoue, je m’en fous un peu.

 

L’État du Maryland pourrait s’apprêter à abolir la peine de mort, le Japon a exécuté 3 hommes la semaine dernière, l’Inde a ouvert un débat pour/contre très médiatisé suite à une très sordide affaire de viol. Le Texas n’en finit plus d’exécuter, la Géorgie s’abstient au dernier moment d’envoyer à l’injection létale un déficient mental mais n’a pas le sens du pardon le lendemain en envoyant un autre être humain à cette potence moderne qu’est devenue l’injection. L’Iran écœure le monde avec ses grues où il suspend des hommes collectivement, et l’Arabie Saoudite coupe encore en deux des gens vivants au sabre ou à la hache. La décapitation comme ultime châtiment. La liste n’est pas exhaustive, pensons aux balles chinoises, à la Biélorussie qui se targue de son exception culturelle sur le territoire européen d’être l’unique pays à toujours pratiquer le châtiment suprême.

Est barbare originellement celui qui n’est pas Grec ou Romain. Qui n’étaient pas abolitionnistes pendant l’Antiquité bien que peu morticoles au regard de ce qui pouvait ou peut encore, se produire dans d’autres cités.

Je suis barbare. Par des comportements culturels, moraux, qui doivent être considérés comme outranciers, vils, par certains. Et je veux bien l’admettre.

Les États qui pratiquent aujourd’hui encore la peine de mort sont mes barbares à moi.

 

 

Qu’est-ce qu’être Historien(ne) ? Techniquement, je le sais, le définis, le vis et l’affronte. Ce carnet devient celui de l’introspection, et le dispute au scientifique, parfois.

En effet, être Historien(ne), c’est aussi peut-être débrancher la prise directe sur la source originelle, la mettre en retrait, pour bien se rappeler de la chose essentielle : pour quelle raison je fais ce que je fais aujourd’hui ? Quelle est ma motivation originelle ?

On y gagne probablement en respect de sa propre implication. 

Dessin : Rica
http://charkyyy.free.fr/blog/


3 réflexions au sujet de « La thèse, la peine de mort, le blog, les dommages collatéraux. »

  1. Un magazine titrait récemment : « y-a-t-il une philosophie dans l’Histoire ? »

    Je pense simplement qu’en agissant à notre petite échelle, en partageant nos connaissances et nos réflexions, nous sommes des acteurs de l’Histoire (et non plus seulement des spectateurs).

    L’abolition universelle de la peine de mort est une cause noble et juste.

    Tôt ou tard, la peine de mort sera abolie universellement, et puis viendra un jour où cela sera rentré dans les mœurs (comme l’abolition de la torture ou de l’esclavage).

    Nous ne verrons peut être pas ce jour mais nos enfants sauront que nous y avons (un peu) participé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.