L’Europe, l’abolition et le prix Nobel de la paix.

Voilà un prix Nobel de la paix qui ne laisse pas indifférent.
En tous sens, j’ai tout lu.
Je fais partie de ceux qui considèrent en toute conscience le bien-fondé de cette attribution.
Je ne reviendrai pas sur « l’Europe, continent de paix depuis près de 70 ans ».

Mon travail, ma réflexion est celle de l’abolition, et voilà bien pourquoi je suis interpellée. Mon sujet de thèse : « La pensée abolitionniste, une des valeurs structurantes de l’Europe communautaire : l’exemple des Six pays fondateurs » explique certainement à lui seul mon intérêt pour la question. Car la paix amène l’abolition. On n’abolit jamais en temps de guerre, ou de risque imminent de guerre. Si l’on se sent menacé par une attaque – réelle ou non – on n’abolit pas. On conserve dans son arsenal juridique et judiciaire la possibilité du couperet (ou autre méthode d’exécution). Au cas où…

C’est donc « l’invention de la paix » par les Pères fondateurs de l’Europe qui a généré sur le continent européen – ou tout du moins dans l’Europe communautaire (par le biais au préalable du Conseil de l’Europe) – ce mouvement abolitionniste à nulle part ailleurs identique. Or tant qu’il n’y aura pas un Prix Nobel de l’abolition…

 

L’Europe est aujourd’hui une véritable communauté de valeurs, nul ne peut dire le contraire, s’il se penche quelques instants sur la question. L’Europe communautaire promeut une politique des Droits de l’Homme , soit prosélyte, mais à tout le moins efficace. C’est la Convention européenne des droits de l’homme et du Conseil de l’Europe (CEDH) qui a initié dès 1950 la protection de l’individu et sa liberté (même si non abolitionniste à cette date, puisqu’il faut attendre 1983 pour que « la peine de mort [soit] abolie [et que] nul ne [soit] condamné à une telle peine ni exécuté » soit entériné, cf. Protocole n°6 :

« Le Protocole n°6 à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales concernant l’abolition de la peine de mort,
(Strasbourg, le 28 avril 1983)
Article 1 – Abolition de la peine de mort
La peine de mort est abolie. Nul ne peut être condamné à une telle peine ni exécuté.
(…) »

Sa conclusion sera la Charte des droits fondamentaux, en 2000. Elle permet à L’UE de devenir « l’espace démocratique où les droits fondamentaux sont le mieux reconnus et le plus complètement garantis  »1 .

L’abolition de la peine de mort est aujourd’hui reconnue comme un des fondements de la civilisation européenne. Elle a une valeur juridique supranationale. Les États européens qui souhaiteraient rétablir la peine de mort, ne le pourraient qu’en dénonçant les traités européens, ce qui relèverait d’une aberration politique et un contresens moral. 

Alors, oui, moi je valide pleinement cette distinction.
Par militantisme, par conviction, parce que la paix et l’abolition, c’est la vie, c’est l’apaisement, c’est l’exemple. Même si rien n’est parfait.  

  1. Jean-Dominique Giuliani, L’Europe, une vraie communauté de valeurs, in Pascal Boniface (S/s la direction de), Quelles valeurs pour l’Union européenne ?, Paris, Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) Presses Universitaires de France (PUF), 2004, p. 51 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.