Facebook, la peine de mort et le bâton de pèlerin.

14 octobre 2012
Par

J'ai un compte Facebook sur lequel je suis ce que l'on peut nommer "très active". Ce réseau social me sert en quelque sorte de blog. Outre ma vie, mes photos, je poste de nombreux articles ayant trait à la peine de mort et à son abolition. La plupart suivent l'actualité, certains sont plus historiques. Bref, prosélytisme total et assumé. Mon panel d'amis est assez hétérogène, de part mes différentes activités professionnelles, associatives, etc. mais aussi parce que j'ai vécu de très nombreux déménagements au cours de ma scolarité. J'ai donc des amis anciens élèves de ces établissements scolaires fréquentés, région bordelaise, région parisienne, Auvergne, Martinique, etc.
Le prosélytisme que j'exerce sur ma page, j'évite de trop l'exporter chez les autres. Après tout je n'ai pas à imposer mes vues d'esprit en permanence sur une question sensible. Facebook est un lieu virtuel de convivialité, et je crois sincèrement que de "coller" des articles ou des opinions abolitionnistes sur les murs des autres aurait un effet délétère et contraire au but recherché. Je reste donc "chez moi", avec parfois des interventions "ailleurs" quand la conversation s'y prête.
Toutefois,  cette "ligne de conduite" est de temps en temps bousculée.
Il y a deux soirs de cela, je tombe sur un "panneau", de ceux qui fleurissent à tout va, avec des phrases toutes faites, des citations parfois, de plus ou moins bon goût. Celui qui m'a interpellée disait ceci : "Pourquoi tester les produits sur les animaux en laboratoire quand on a des pédophiles en prison". En temps normal, j'évite toute intervention. Mais je devais être fatiguée, ou ces mots m'ont encore plus agacée que d'autres... je n'ai pas pu m'empêcher, en sachant par avance ce que cela engendrerait. Je ne vous rapporte pas la conversation qui est finalement de l'ordre du "semi-confidentiel", sur le mur non public d'une amie. Cette dernière était par ailleurs absente lors de l'échange de propos, un peu vif, entre ses amies et moi. Elle a à son retour posé une voie médiane, et je l'en remercie.
Se pose la question de ce que l'on peut faire ou pas sur un réseau social. Tous les utilisateurs de Facebook ont vécu l'ambiance délétère qui s'est répandue pendant les élections présidentielles. A coups d'insultes, de phrases mesquines, etc. 
Proclamer haut et fort une opinion, avoir à mon échelle une action - au moins intellectuelle, par l'écriture - dans ce que je nomme un combat (l'abolition universelle de la peine de mort), m'autorise-t-il à aller m'exprimer chez une copine de classe du temps des années collège et à rentrer dans une rhétorique avec des inconnus qui ne m'ont rien demandé ? La question soulevée par ce panneau, la haine de l'autre, son rejet sans possibilité de rédemption (je n'emploie jamais ce terme dans son sens chrétien), le basculement théorique de l'homme à l'animal,  m'a fait d'entrée marquer un "point Godwin". Mon argumentaire est donc dès l'origine faussé et mauvais. Je ne pouvais que m'attirer les foudres de ceux qui réagissent toujours par l'affect. Je l'ai bien cherché.
Néanmoins, je crois, alors que je ne suis pas fatiguée ce matin, alors que j'ai le recul ne serait-ce que par ce billet,  que si c'était à refaire, je recommencerais. Mais à moi alors de ne pas être non plus dans l'affect, et de démarrer sereinement avec des arguments abolitionnistes factuels. A moi si je veux réussir à convaincre, d'apprendre à être convaincante.
Pour faire le balancier, je voudrais remercier les quelques personnes qui m'ont un jour envoyé un message privé en me disant que ce que je postais, l'ensemble des articles abolitionnistes partagés, les avait faire réfléchir au fait  que "Partout où la peine de mort est pratiquée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare la civilisation règne" (Victor Hugo). 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Billet d'humeur

7 commentaires pour “ Facebook, la peine de mort et le bâton de pèlerin. ”

  1. guill le 16/08/2013 à 22:56

    Bonjour Marie,

    Je me permets de vous rappeler le très complet forum consacré à la guillotine, aux exécuteurs et aux condamnés :

    http://guillotine.cultureforum.net

    Par ailleurs pouvez vous SVP me préciser l'adresse de votre page Facebook , que je ne retrouve pas ?
    (directement à mon e-mail si vous ne souhaitez pas la rendre public sur votre blog)

    Merci.

  2. Équipe hypotheses.org le 22/10/2012 à 18:14

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L'équipe d'Hypotheses.org

    • Marie Gloris Bardiaux-Vaïente le 22/10/2012 à 21:26

      Merci à vous, je suis très heureuse du retour de ce petit billet :)

  3. Steph le 14/10/2012 à 13:08

    Au delà de toutes les problématiques liées à Facebook, ce n'est pas l'endroit idéal pour débattre d'un tel sujet. C'est un peu comme haranguer les clients d'un hypermarché, entre les rayons charcuterie et fromage. C'est possible si on se rappelle les « risques ».
    Réagir « par raison » produit quelle réaction ? Je la vois d'ici : " encore une bien-pensante !", insulte suprême pour les adeptes du comptoir et des opinions pré mâchées.
    L'essentiel est d'avoir des convictions et de les défendre !

  4. Vaiente le 14/10/2012 à 11:41

    J'espère bien que tu recommencerais ...Sans indignation , on perd notre humanité comme l'ont perdue ceux qui ont écrit ces phrases abjecteset il faut se révolter et se mettre en colère sans nuances et sans excuses ..Bravo pour ton " papier" ...

  5. Marie Gloris Bardiaux-Vaïente le 14/10/2012 à 9:36

    Merci à vous pour ce retour, et n'hésitez pas à me demander en amie :)
    Très cordialement.

  6. Marie-Anne Paveau le 14/10/2012 à 9:26

    merci pour ce beau billet personnel et réflexif - votre "si c’était à refaire, je recommencerais", si simple et en même temps si difficile, me touche beaucoup - vous donnez envie d'être votre facebook friend…

Laisser un commentaire


Carnets de recherche