Isabelle, La Louve de France

Ce carnet avait pour vocation originelle de me motiver, et ce sur plusieurs points.

J’avais tout d’abord besoin d’une « trace » à montrer et à porter, de mon travail de recherche, travail de doctorante qui comme pour tous est long, solitaire et parfois aride.
La formation dispensée dans mon université par l’équipe d’hypothèse m’avait aussi permis d’appréhender un outil informatique. Je ne suis pas très à l’aise avec les nouvelles technologies et « bidouiller wordpress », avec toute l’aide apportée par l’équipe de carnetiers me rassurait.
Enfin, j’avais l’idée « d’informer mon prochain » – soit ceux qui par hasard passeraient par ici – de nouvelles liées à l’abolition de la peine de mort.
Je ne reviendrai pas sur mes motivations à ce propos, je les ai déjà décrites en long et en large.
Mais ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est que ce carnet pouvait servir de blog véritablement.
On m’en parle, on me dit ce que l’on y trouve, ce qui intéresse, interpelle, choque aussi. Il est lu. Et j’en suis tout étonnée.
Hier j’ai participé à une journée autour de la question de la peine de mort, à l’Université d’Agen, où je suis intervenue sur un bref historique de la question abolitionniste française. Et l’on me présente comme l’auteur de ce carnet. C’est une réalité, mais cela génère une prise de conscience de ma part : rien de ce que l’on publie sur le net n’est anodin, et tout transite et se mêle. Dans le même esprit je me suis retrouvée citée sur le site http://guillotine.cultureforum.net/ que je consulte régulièrement pour ses informations techniques notamment, ainsi que que sur le site de « ‘l’intelligence du monde » :
http://idm.hypotheses.org/author/abolition.

Tout transite. L’information circule et se partage. Le but est atteint, bien au-delà de ce qui me passerait envisageable.

Parallèlement, j’ai interviewé des auteurs de bande-dessinée, ce qui n’était pas prévu à l’origine. Mais leurs albums en lien avec ma thématique de recherche, m’ont paru avoir toute leur place ici. Cet intérêt pour la BD n’est pas anodin, je suis liée à ce milieu de façon personnelle depuis une quinzaine d’années.
Et c’est justement par rapport à la bande dessinée que je m’interroge. Je viens de publier mon premier album, en tant que co-scénariste. Et je me demande si je peux, si moralement, ce qui est un carnet de recherche peut être aussi le lieu d’une promotion personnelle à résultante pécuniaire. Et je réponds que oui. D’autres valorisent leurs publications scientifiques, essais, actes de colloques. Pourquoi une BD, historique, ne pourrait-elle pas s’imbriquer dans ce que je fais ?
C’est ainsi que je vous présente, avec beaucoup de fierté « Isabelle, la Louve de France » à paraître le 17 octobre, Editions Delcourt..
Et pour ne pas totalement me dévoyer et rester dans la thématique originelle, une petite illustration, qui en rappelle d’autres entrevues ici :

 

Interview réalisée en novembre, sur le site BD-Thèque :

http://www.bdtheque.com/interview-marie-gloris-245.html


Une réflexion au sujet de « Isabelle, La Louve de France »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.