Pourquoi j’écris sur l’abolition de la peine de mort

Souvent on me pose la question :

Pourquoi ce sujet et non un autre ?
Qu’est-ce qui motive ta démarche ?

Qu’as-tu vécu de spécial pour t’intéresser à cette cause en particulier ?

Rien.
Vraiment, rien d’horrible, rien de particulier, la peine de mort je n’y ai jamais été confrontée personnellement dans toute son horreur. 

Cependant, j’ai toujours ressenti la peine de mort comme la pire des barbaries dont les hommes et surtout les Etats peuvent être capables.

Il y a eu certainement des jalons dans ma réflexion. Ma mère mitterrandienne m’emmenait avec elle tracter dans les boîtes aux lettres en 1981 alors que je n’avais que 5 ans.

J’ai enfant envoyé quelques lettres à un prisonnier, car ma tante le faisait et m’avait proposé cette correspondance.

A 12 ou 13 ans j’ai lu « Antigone » d’Anouilh et « Quatre-vingt-treize » de Hugo : deux révélations littéraires mais au-delà philosophiques. L’injustice me fait horreur comme à nous tous mais pour moi elle se cristallise dans ce qui me paraît en être l’aspect concret, le plus absolu : la peine de mort….

Je ne suis pas écrivain, je ne suis pas journaliste, j’essaye donc par le biais de la recherche historique d’amener « l’autre » à réfléchir à cet acte, à ce choix sociétal.

Mon thème de recherche est celui du cadre de l’Union européenne car il est le seul à avoir totalement aboli. Et ce que je veux tenter de démontrer ce sont les mécanismes d’abrogation. Comme exemple.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.