Victor Hugo (1802-1885) : un Européen abolitionniste au XIXe siècle

« À partir des années 1820 la question de la peine capitale retrouve son actualité en Europe. Dès lors, tout au long du siècle, dans la plupart des pays appartenant à l’aire de la civilisation européenne, la peine de mort recommence à reculer[1]. »

En 1823, Victor Hugo n’a que 21 ans lorsqu’il publie son premier texte sur l’abolition de la sanction capitale, Han d’Islande. Ses biographes expliquent l’engagement du poète par les visions de tortures qu’il a eu à affronter durant son enfance et adolescence : « Il y a au fond des hommes un sentiment étrange qui les pousse, ainsi qu’à des plaisirs, au spectacle des supplices.[2] » Exhibition  d’un tréteau de bois où l’on allait garrotter un homme en Espagne (Victor Hugo n’a alors que 9 ans), celle d’une voleuse marquée au fer rouge par le bourreau, exécution publique de Louvel[3] (18 ans) puis celle de Jean Martin en 1825, etc.

C’est au lendemain de la décapitation d’Ulbach le 10 septembre 1827, qu’il écrivit Le dernier jour d’un condamné (publié en 1829) : « L’auteur a pris l’idée du Dernier Jour d’un condamné, non dans un livre, il n’a pas l’habitude d’aller chercher ses idées si loin, mais […] tout bonnement sur la place publique, sur la place de Grève. C’est là qu’un jour en passant il a ramassé cette idée fatale, gisante dans une mare de sang sous les rouges moignons de la guillotine […] Un jour enfin, c’était, à ce qu’il croit, le lendemain de l’exécution d’Ulbach (Louis Ulbach, jeune homme de vingt ans qui avait poignardé sa maîtresse plus jeune encore), il se mit à écrire ce livre. Depuis lors il a été soulagé. Quand un de ces crimes publics, qu’on nomme exécutions judiciaires, a été commis, sa conscience lui a dit qu’il n’en était plus solidaire ; et il n’a plus senti à son front cette goutte de sang qui rejaillit de la Grève sur la tête de tous les membres de la communauté sociale. Toutefois, cela ne suffit pas. Se laver les mains est bien, empêcher le sang de couler serait mieux.[4] »

Notre écrivain place la guillotine au centre de sa réflexion dans Le Dernier jour d’un condamné : « Il l’a vue la veille de l’exécution [d’Ulbach], place de Grève, alors qu’on procédait à une répétition générale : on constatait que le couperet tombait mal, qu’il fallait graisser les rainures. Une fois de plus, le contact visuel, immédiat, impitoyable[5] ». En effet, pour mieux garantir l’exemplarité de la peine, l’exécution est publique. La honte est ajoutée au châtiment capital.

Au cours de l’ensemble de son œuvre littéraire abolitionniste, Victor Hugo cherche à créer un impact sur le lecteur. En effet, il décrit avec précision et intensité la machine à décapiter, mais aussi les sentiments des hommes prêts à monter sur l’échafaud, et l’injustice d’une telle peine. Ses élans littéraires sont fougueux et au militant engagé s’adjoignent des qualités d’écrivain et d’orateur indéniables. Dès lors, Victor Hugo a la volonté de défendre ses idées au delà même de l’écriture, sur la place publique. Il passe de la fiction à l’action. Sa première tentative se produit alors qu’il est élu Pair de France[6]. Sans succès, il entreprend de convaincre ses collègues, lors du procès de Pierre Lecomte[7], d’écarter le châtiment suprême : « au point de vue général, je répugne aux peines irréparables ; dans le cas particulier, je ne les admets pas ». Il a beau plaider l’irresponsabilité du coupable, ce premier essai est vain. Victor Hugo ne parvient à persuader que deux autres votants de remplacer l’exécution par la réclusion criminelle à perpétuité. Pierre Lecomte est guillotiné. Les propos de Victor Hugo ont néanmoins impressionné les membres de la Chambre des pairs, qui avaient compté sur la grâce royale…

Parallèlement les textes abolitionnistes du poète se multiplient, sous forme d’articles, d’essais, de romans ou même dans son journal intime : Ode contre la peine de mort (1830), Claude Gueux (1834), Littérature et philosophie mêlées (1834), L’Exécution de Louis XVI (1840), La Guillotine à Alger (1842), Dicté par moi le 6 juin (1846), Journal de ce que j’apprends chaque jour (1846), Visite à la conciergerie (1846), Loi sur les prisons, projet de discours (1847[8]) jusqu’à La Peine de mort – discours à l’Assemblée constituante, le 15 septembre 1848.

Les engagements humanistes de Victor Hugo se concrétisent réellement suite à la révolution de 1848. La Seconde République est proclamée le 26 février et deux jours plus tard Lamartine[9] fait voter un décret abolissant la peine de mort en matière politique (article 5). Déjà en 1830 à l’Assemblée nationale, cette question a donné lieu à un débat public. La proposition de loi de Destutt de Tracy[10] déposée le 17 août 1830 est suivie d’un vote, par la Chambre des députés, d’une Adresse au Roi demandant l’abolition. Par la suite, la loi du 28 avril 1832 modifie le code pénal (peut-être même sous l’impulsion de Louis-Philippe peu adepte du châtiment suprême) : neuf cas passibles de la peine capitale sont supprimés (complot sans attentat, fausse monnaie, contrefaçon des sceaux de l’État, certains incendies volontaires, vol avec circonstances aggravantes notamment) et les circonstances atténuantes sont généralisées. En 1838 ont lieu de nouveaux débats au cours desquels intervient Lamartine. Son intervention est sans résultat immédiat, mais ses efforts aboutissent à un vrai examen parlementaire dix ans plus tard. Ainsi, suite à l’abolition partielle de 1848 et au dépôt d’amendement par trois députés, Coquerel, Rabuan et Buvignier, visant à supprimer les mots « en matière politique », le Gouvernement provisoire de la Seconde République ouvre un débat le 15 septembre de la même année sur la question de l’abolition totale. Ce projet va échouer, faisant mentir Hugo malgré lui : « Le XVIIIe siècle, c’est là une partie de sa gloire,  a aboli la torture ; le xixe siècle abolira la peine de mort.[11] ». En effet, l’argumentaire hugolien n’est pas suffisant pour faire basculer les esprits dans le camp de l’abolition. Qu’il s’agisse d’un idéal chrétien :  « Nous vous demandons de consacrer […] l’inviolabilité de la vie humaine […] Il y a trois choses qui sont à Dieu et qui n’appartiennent pas à l’homme : l’irrévocable, l’irréparable, l’indissoluble. Malheur à l’homme s’il les introduit dans ses lois.[12] », d’un argument, civilisationnel : « La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie. Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare, la civilisation règne[13] » ou encore d’une parole prophétique et culpabilisante : « n’en doutez pas, demain vous l’abolirez, ou vos successeurs l’aboliront[14] », l’Assemblée ne suit pas les députés qui comme Hugo votent « l’abolition pure, simple et définitive de la peine de mort. »

C’est un second échec pour l’écrivain qui cependant n’abandonne jamais sa cause. Ses textes visant à éveiller le monde sur la nécessité d’abroger la sanction capitale continuent de fleurir à un rythme soutenu et ce jusqu’à ses dernières années de vie avec la parution de Arabi en 1882.

Auparavant,  en 1851, on peut ressentir sa fierté de père à la lecture de sa plaidoirie en faveur de son fils. Charles Hugo[15] est condamné à six mois de prison pour un article contre la peine de mort publié dans son journal L’Événement.  Hugo père monte à la barre : « Le vrai coupable, j’y insiste, c’est moi, moi qui, depuis vingt-cinq ans, ai combattu sous toutes les formes les pénalités irréparables ! Moi qui, depuis vingt-cinq ans, ai défendu en toute occasion l’inviolabilité de la vie humaine ! Ce crime […] je l’ai commis avec toutes les circonstances aggravantes, avec préméditation, avec ténacité, avec récidive ! Oui, je le déclare, ce reste des pénalités sauvages, cette vieille et inintelligente loi du talion, cette loi du sang pour le sang, je l’ai combattue toute ma vie, […] et tant qu’il me restera un souffle dans la poitrine, je la combattrai de tous mes efforts comme écrivain, de tous mes actes et de tous mes votes comme législateur[16]. »

Peu après, en exil suite au coup d’État du 2 décembre 1851, il prend fait et cause pour John Charles Tapner. Cet homme est condamné à la pendaison à Guernesey en 1854, pour avoir tué une femme puis cambriolé et incendié sa maison.

Victor Hugo écrit une lettre publique aux habitants de l’île anglo-normande auprès desquels il pense susciter un mouvement de clémence afin d’obtenir des autorités une peine de prison plutôt que la mort : « Peuple de Guernesey, C’est un proscrit qui vient à vous. C’est un proscrit qui vient vous parler pour un condamné. L’homme qui est dans l’exil tend la main à l’homme qui est dans le sépulcre. Ne le trouvez pas mauvais, et écoutez-moi […] Peuple de pêcheurs, bons et vaillants hommes de la mer, ne laissez pas mourir cet homme. Ne jetez pas l’ombre d’une potence sur votre île charmante et bénie. N’introduisez pas dans vos héroïques et incertaines aventures de mer cet élément de malheur […] Mais qu’importe ! pour moi cet assassin n’est plus un assassin, cet incendiaire n’est plus un incendiaire, ce voleur n’est plus un voleur ; c’est un être frémissant qui va mourir. Le malheur le fait mon frère. Je le défends.[17] » Malgré trois sursis l’exécution a lieu le 10 février de cette même année 1854.

Et c’est peut-être au lendemain de la mort de John Charles Tapner, que le poète écrit son texte le plus violent, le plus virulent, le plus personnel[18]. Il y exprime sa profonde indignation et son horreur devant les circonstances atroces de l’exécution et devant l’inflexibilité du Secrétaire d’État de l’Intérieur, dans sa Lettre à Lord Palmerston[19]  : « Monsieur, Je mets sous vos yeux une série de faits qui se sont accomplis à Jersey dans ces dernières années. Il y a quinze ans, Cahot, assassin, fut condamné à mort et gracié. il y a huit ans, Thomas Nicolle, assassin, fut condamné à mort et gracié. Il y a trois ans, en 1851, Jacques Fouquet, assassin, fut condamné à mort et gracié. Pour tous ces criminels la mort fut commuée en déportation. Pour obtenir ces grâces, à ces diverses époques, il a suffi d’une pétition des habitants de l’île. J’ajoute qu’en 1851 on se borna également à déporter Edward Carlton, qui avait assassiné sa femme dans des circonstances horribles. Voilà ce qui s’est passé depuis quinze ans dans l’île d’où je vous écris. Par suite de tous ces faits significatifs, on a effacé les scellements du gibet sur le vieux Mont-Patibulaire de Saint-Hélier, et il n’y a plus de bourreau à Jersey. Maintenant quittons Jersey et venons à Guernesey […] Dans toutes les consciences saines et droites la peine de mort est abolie […] Les pétitions vous sont remises, monsieur. Vous accordez un sursis. En pareil cas, sursis signifie commutation. L’île respire ; le gibet ne sera point dressé. Point. Le gibet se dresse. Tapner est pendu. Après réflexion. Pourquoi ? […] vous avez ordonné, ce sont les termes de la dépêche, que la justice « suivît son cours » ; quoi qu’il en soit, tout est fini ; quoi qu’il en soit, Tapner, après trois sursis et trois réflexions a été pendu hier 10 février [s’ensuit une description particulièrement pénible de l’agonie de Tapner. Elle serait due à la maladresse du bourreau rarement sollicité pour sa tâche.] Vous le voyez, monsieur, les choses se sont bien passées. Cela a été complet, Si c’est un cri d’horreur qu’on a voulu, on l’a […] Pendant ce temps-là, Fouquet, le gracié de 1851, se repent. Le bourreau a fait de Tapner un cadavre ; la clémence a refait de Fouquet un homme […] Cette exécution a coûté cinquante mille francs. C’est un beau luxe […] On voit l’hiver, à Londres […] des vieillards, des enfants et des femmes ; presque tous irlandais ; comme vous, monsieur. Contre l’hiver ils ont la rue, contre la neige ils ont la nudité, contre la faim ils ont le tas d’ordures voisin […]Avec ces cinquante mille francs, on ferait vivre pendant un an cent de ces familles. Il vaut mieux tuer un homme […] Un fait que je ne puis vous taire, c’est l’unanimité de la presse locale sur ce point – Il n’y aura plus d’exécution à mort dans ce pays, l’échafaud n’y sera plus toléré. La Chronique de Jersey du 11 février ajoute « Le supplice a été plus atroce que le crime ». J’ai peur que, sans le vouloir, vous n’ayez aboli la peine de mort à Guernesey […] La démocratie, c’était hier la France ; ce sera demain l’Europe. L’éclipse actuelle masque le mystérieux agrandissement de l’astre.[20] »

La conclusion de cette lettre montre comment Victor Hugo, à partir de 1830, estime que ses combats ne sont pas strictement nationaux, mais bien au contraire, ils n’ont d’existence que dans une vision universelle. Celle-ci, au XIXe siècle, est celle de l’Europe[21]. Victor Hugo est visionnaire et n’écrit-il pas d’ailleurs dans Quatre-vingt treize (dans lequel on trouve des pages d’une grande éloquence sur la peine de mort et l’idée de son abolition) : « Le génie de la France était composé du génie même du continent, et chacune des provinces de France représentait une vertu de l’Europe ; la franchise de l’Allemagne était en Picardie, la générosité de la Suède en Champagne, l’industrie de la Hollande en Bourgogne, l’activité de la Pologne en Languedoc, la gravité de l’Espagne en Gascogne, la sagesse de l’Italie en Provence, la subtilité de la Grèce en Normandie, la fidélité de la Suisse en Dauphiné »…

Victor Hugo traverse tout le XIXe siècle, et ses espoirs de voir sa cause progresser avec le retour de la République sont déçus par la sanglante répression des communards.

Or, si au XVIIIe siècle la première campagne abolitionniste était sous le patronage de la philosophie humaniste, un siècle plus tard des savants, criminalistes et publicistes s’engagent à leur tour dans ce combat[22]. Ainsi François Guizot[23] avec son traité sur La Peine de mort en matière politique (1822) ou Charles Lucas avec Du système pénal et du système répressif en général et de la peine de mort en particulier  (1827). Mais la situation est plus que paradoxale : nulle part au monde qu’en France il n’y eut autant de plaidoyers et de travaux scientifiques pour démontrer l’inutilité d’un tel châtiment. Or, en aucun pays européen – même au Royaume-Uni dont l’extrême sévérité pénale à cette époque a été démontrée – les progrès de l’abolition tant sur le plan législatif que dans la pratique judiciaire n’ont été aussi lents et aussi restreints au XIXe siècle.


[1] Jean-Marie Carbasse, La Peine de mort, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2004, p. 84.

[2] Sophie Grossior, Victor Hugo, « Et s’il n’en reste qu’un », Paris, Gallimard, Paris-Musées, « Découvertes Gallimard Littératures », 1998, p. 150.

[3] Louis Pierre Louvel, (1783 selon son livret ouvrier – 1820), est entré dans l’Histoire en commettant l’assassinat du duc de Berry (fils cadet du comte d’Artois, futur Charles X), à Paris, dans la nuit du 13 au 14 février 1820. Il fut condamné à mort le 6 juin et guillotiné dès le lendemain.

[4] Préface de 1832 dans Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné, Paris, Gallimard, « Folio Classique », texte intégral, 2000, [1ère éd. 1829].

Nous soulignons.

[5] Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], p. 281.

[6] Il est nommé à cette fonction en avril 1845 par Louis-Philippe.

[7] Pierre Lecomte est accusé de tentative d’assassinat sur Louis-Philippe à Fontainebleau, le 16 avril 1846.

[8] C’est la révolution de Février 1848 – et ses bouleversements politiques – qui empêchent Victor Hugo de prononcer officiellement ce discours.

[9] Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine (1790-1869) : poète, écrivain, historien et homme politique français. En 1848, à l’occasion de la chute de Louis-Philippe et de la proclamation de la Seconde République, Lamartine fait partie de la Commission du gouvernement provisoire. Il est ainsi Ministre des Affaires étrangères de février à mai 1848. Partisan d’une révolution politique, il est plus proche des libéraux que des partisans d’une réforme politique et sociale (Louis Blanc, Albert, etc.). Le 25 février 1848, il s’oppose ainsi à l’adoption du drapeau rouge. Sa politique est  modérée si ce n’est sur les idéaux humanistes. Ainsi, c’est lui qui signe le décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848. Le 10 mai 1848, le gouvernement provisoire est remplacé par une commission exécutive, dont ont été exclus les plus à gauche (Louis Blanc, etc.). Lamartine siège alors avec Arago (également président de la Commission), Garnier-Pagès, Ledru-Rollin et Saint-Georges.

En décembre, il obtient des résultats insignifiants à l’élection présidentielle (0,28%), qui porte au pouvoir Louis Napoléon Bonaparte. En avril-juin 1850, lors des débats parlementaires sur la loi de déportation politique, Lamartine s’oppose au choix des Iles Marquises, bien qu’il ne fût pas opposé au principe même.

[10] Alexandre-César-Charles-Victor Destutt, marquis de Tracy (1781-1864) était un homme politique français. Il est le fils du philosophe « idéologue » Antoine Destutt de Tracy. Sous la Monarchie de Juillet, pendant laquelle il fait figure d’opposant modéré, son nom se rattache aux campagnes abolitionnistes : proposition de loi tendant à l’abolition de la peine de mort (17 août 1830), participation active aux combats pour l’abolition de l’esclavage.

[11] Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], p. 69.

[12] Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], p. 70.

[13] Ibid.

[14] Ibid.

[15] Charles Hugo (1826-1871) est le deuxième fils des cinq enfants de Victor Hugo et Adèle Foucher. En février 1848, il est quelque temps secrétaire d’Alphonse de Lamartine. Le 1er octobre, il fonde avec son père, son frère François-Victor Hugo, Paul Meurice et Auguste Vacquerie, le journal politique L’Événement. Il soutient d’abord Lamartine, puis lui tourne le dos pour finalement approuver la candidature du prince Louis-Napoléon Bonaparte contre Louis Eugène Cavaignac. Il regrette finalement sa décision en 1849, dès l’arrivée au pouvoir de celui qui sera appelé le « Petit Napoléon » par son propre père.

Le 16 mai 1851, il publie un article contre la peine de mort : il est alors poursuivi en justice et défendu par Victor Hugo. Condamné le 30 juillet à six mois de prison, il est incarcéré à la Conciergerie. Sorti de prison le 28 janvier 1852, il rejoint son père en exil à Bruxelles depuis le 14 décembre précédent, puis il le suit à Jersey.

[16]  Victor Hugo, lors de la plaidoirie en faveur de son fils Charles condamné à six mois de prison pour un article contre la peine de mort qui parut dans le journal L’Événement, le 11 juin 1851, devant la cour d’assises de la Seine.

(Source: Sophie Grossiord, Victor Hugo, s’il n’en reste qu’un…, Gallimard/Paris-Musées, 1998)

[17] Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, « Aux habitants de Guernesey », textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], pp. 111-125.

[18] Victor Hugo a des élans de culpabilité tout au long de cette très longue lettre. En effet, il semble craindre que ce ne soit pour éviter de déplaire à Napoléon III que la grâce n’a pas été accordée à Tapner : « Il se dit, monsieur, des choses devant lesquelles je détourne la tête. Non, ce qui se dit n’est pas. Quoi ! une voix, la voix la plus obscure, ne pourrait pas, si c’est la voix d’un exilé, demander grâce, dans un coin perdu de l’Europe, pour un homme qui va mourir, sans que M. Bonaparte l’entendît ! sans que M. Bonaparte intervînt ! sans que M. Bonaparte mît le holà ! Quoi ! M. Bonaparte qui a la guillotine de Belley, la guillotine de Draguignan et la guillotine de Montpellier, n’en aurait pas assez, et aurait l’appétit d’une potence à Guernesey ! Quoi ! dans cette affaire, vous auriez, vous monsieur, craint de faire de la peine au proscripteur en donnant raison au proscrit, l’homme pendu serait une complaisance, ce gibet serait une gracieuseté, et vous auriez fait cela pour « entretenir l’amitié » ! Non, non, non ! je ne le crois pas, je ne puis le croire ; je ne puis en admettre l’idée, quoique j’en aie le frisson ! »

(Source : Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, « Lettre à Lord Palmerston » textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], p. 128-129.)

De Napoléon III , Victor Hugo sur ce thème n’hésitait pas à dire qu’il était « un aigle à gibets »…

[19] Lord Palmerston (1784-1865) fut Secrétaire d’État de l’Intérieur en Angleterre de 1855 à 1865.

[20] Victor Hugo, Écrits sur la peine de mort, « Lettre à Lord Palmerston » textes rassemblés par Raymond Jean, Acte Sud, collection Babel, 1992 [1re éd. 1979], pp. 126-140.

Nous soulignons.

[21] Sur ce sujet européen, Victor Hugo écrit là encore de très nombreux textes : Le Discours d’ouverture au congrès de la paix de Paris (21 août 1849), le Message au congrès de la paix de Lausanne (1869), L’Appel aux allemands (9 septembre1870), un Discours à l’Assemblée nationale (1er mars 1871), la Lettre aux membres du congrès de la paix de Lugano (20 septembre 1872), le Message aux travailleurs français délégués à l’exposition de Philadelphie (16 avril 1876), et enfin Pour la Serbie (29 août 1876) pour ne citer que les principaux.

[22] Voir à ce propos la très longue énumération – fournie dans son ouvrage – de Édouard Ducpétiaux, De la peine de mort, Bruxelles, H. Tarlier libraire-éditeur, 1827, pp. 18-20.

[23] François Pierre Guillaume Guizot (1787-1874), historien et homme politique français.

Il attend la Restauration pour débuter en politique. Entre 1826 et 1830, il publie une série de grandes fresques sur l’Histoire de France et aussi sur l’Histoire de l’Angleterre. En janvier 1830, il est élu député de Lisieux, et signe l’adresse des 221 contre la politique de Charles X. Ses préférences allant vers une monarchie parlementaire, il se fait l’avocat de Louis-Philippe que la révolution de Juillet mène finalement au trône, et Guizot au gouvernement, en tant que Ministre de l’Intérieur (1830), puis Ministre de l’Instruction publique (1832-1836). Il marque son passage au gouvernement par une rénovation de l’instruction publique. Pacifiste, considérant l’alliance entre la France et le Royaume-Uni nécessaire, il permet – avec l’aide de Sir Robert Peel – la réconciliation des deux pays, à l’opposé de Lord Palmerston qui pense que la France doit être maîtrisée, affaiblie, dans l’optique d’une guerre future. Lord Palmerston remplacé par Lord Aberdeen, il trouve là un diplomate à sa mesure, scellant le rapprochement des deux nations libérales d’Europe en une entente cordiale. Les crises continuent, mais sont atténuées des deux côtés. La chute du gouvernement britannique Peel, le retour de Lord Palmerston – anti-français – et la crise de succession espagnole rompent les liens franco-britanniques et posent la nécessité de se rapprocher de Metternich, réputé absolutiste. Guizot devient président du Conseil en 1847 et bien qu’en poste très peu de temps en tant que chef du gouvernement, il influence plus que tout autre la politique de l’époque en fédérant autour de sa personne un parti conservateur tentant de maintenir un équilibre entre une démocratisation de la société et un retour à la révolution.


Une réflexion au sujet de « Victor Hugo (1802-1885) : un Européen abolitionniste au XIXe siècle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.